Micromégas ; l'ingénu

À propos

Micromégas, c'est d'abord l'histoire d'un géant qui se voit obligé de quitter sa planète pour avoir écrit un livre trop audacieux... Entre science-fiction et philosophie, c'est ainsi que Voltaire renoue avec la tradition des voyages extraordinaires...

Suivi de « L'ingénu »
Un jeune huron en provenance de Plymouth débarque à Saint-Malo après avoir été fait prisonnier par les anglais. Sommé de choisir entre rester en Angleterre ou rester dans sa famille, cet Huron arrive ainsi au prieuré de Notre-Dame de la Montagne où lui sont présentés l'abbé de Saint-Yves et sa charmante jeune soeur... Une aventure picaresque ponctuée de thèmes chers à Voltaire: l'injustice, le conflit religieux (jésuites/jansénistes), la condamnation de la justice et de ses serviteurs (le bailli et son fils sont ridiculisés), la liberté de pensée...

Format professionnel électronique © Ink Book édition.



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9791023202137

  • Disponibilité

    Disponible

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Distributeur

    Immatériel

  • Diffuseur

    Immatériel

  • Entrepôt

    immatériel.fr

  • Support principal

    ebook (ePub)

Voltaire

1694-1778. Dernier enfant d'un riche notaire, Voltaire fait ses études chez les Jésuites et fréquente la haute société libertine. A la suite d'une altercation avec le Chevalier de Rohan, il s'exile en Angleterre où il découvre la philosophie de Locke (1726-1729). Il partage ensuite la vie de Mme du Châtelet, puis rentre à Paris où il mène une carrière de courtisan avant de tomber en disgrâce. De 1750 à 1753, il voyage à la cour de Berlin et se brouille avec Frédéric II. Enfin, en 1760, il s'installe à Ferney, sur la frontière franco-helvétique et en compagnie de Mme Denis, il règne sur un millier d'âmes, se fait agriculteur, architecte, fabricant de montres et de bas de soie. En 1778, il revient à Paris: le peuple de la capitale l'accueille avec un tel enthousiasme que certains historiens voient dans cette journée du 30 mars la première des "journées révolutionnaires".
On le croyait dramaturge; de nos jours, son théâtre est oublié mais il nous reste 1500 lettres, un Dictionnaire philosophique et une trentaine de contes. Il nous reste son intelligence, son ironie, sa rosserie, sa générosité et sa fantaisie. Maître de l'humanisme, il a collaboré à l'oeuvre de civilisation par sa lutte contre toutes les oppressions, au nom du bien-être, de la justice et de la libre pensée.

empty