Etienne Géhin

  • Comment s'expliquent les faits sociaux ? Procèdent-ils de l'action humaine ou d'autres phénomènes sociaux déterminés ? Les institutions, les croyances sont-elles issues d'une contrainte sociale dominante ? Ces interrogations sont celles-là mêmes qui guidèrent les réflexions des deux grands fondateurs de la sociologie : Emile Durkheim et Max Weber. Durkheim, persuadé que le sociologue ne peut prétendre au titre de savant que s'il s'inspire de la philosophie et de la méthode des sciences de la nature, a installé la théorie du déterminisme social au coeur du programme scientifique qu'il assignait à la sociologie. Max Weber pose en principe qu'une science qui étudie les phénomènes du monde intelligent ne doit pas faire comme si elle pouvait en trouver toute l'explication hors des individus, de leur intelligence et des raisons pour lesquelles ils agissent. A la lumière de ces théories, l'auteur cherche notamment à comprendre pourquoi il n'existe pas de société humaine sans un organe chargé de la gouverner et d'y maintenir un ordre problématique précisément parce qu'aucun déterminisme n'en garantit la persistance. Si les sociétés humaines n'étaient pas des mondes incertains, le pouvoir politique et l'idéologie, qui soutiennent inévitablement son action, n'y auraient aucune place.

  • Le monde contemporain a plus que jamais besoin des éclairages de la sociologie : post-truth society, instabilité politique dans les pays démocratiques, montée des populismes... Mais cette discipline à vocation scientifique est prise en otage par ceux qui veulent en faire un « sport de combat » politique. Ce livre s'adresse donc à tous ceux qui s'intéressent aux faits sociaux et sont inquiets ou étonnés des dérives intellectuelles de certaines figures reconnues des sciences humaines et sociales. Les sociologues ne sont pas immunisés contre les biais cognitifs qui peuvent nous égarer dans des récits idéologiques et outranciers : dans ce cas, toutes les conditions sont présentes pour que la sociologie « tourne » en une production plus militante que proprement scientifique. Il est donc temps pour eux de sortir de leur sommeil dogmatique et de s'astreindre aux règles qui régissent la cité des sciences. C'est ce que ce livre propose, en convoquant des données issues tout aussi bien de la sociologie que des sciences du cerveau dans le but de rendre accessibles aux non-spécialistes les enjeux fonda­mentaux que représente ce continent de la pensée.

  • Une invitation à découvrir cet univers de brumes et d'ambiances troublantes qui incite l'homme à la prudence tout en exerçant sur lui un charme ravageur.

empty