Jean-Christophe Rufin

  • Le pays : un rêve...
    Habitué aux destinations calamiteuses, Aurel Timescu, le petit Consul, est pour une fois affecté dans un lieu enchanteur. Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan ex-soviétique, est une ville pleine de charme au climat doux, au luxe élégant. À la terrasse de cafés d'allure parisienne, on y déguste un petit blanc local très savoureux.
    L'ambassade : un cauchemar...
    Le chef de poste, autoritaire et brutal, est bien décidé à se débarrasser d'Aurel. Le fantôme de sa femme, récemment victime d'un tragique et mystérieux accident, plane au-dessus de l'ambassade. Et l'équipe diplomatique, tétanisée par le deuil, est livrée à la crainte et au soupçon.
    Il n'en faut pas plus pour qu'Aurel se lance dans une enquête plus folle que jamais. Basée sur de fragiles intuitions, elle prendra, entre mafias locales et grands contrats internationaux, l'ampleur d'une affaire d'État.
    Cette fois, Aurel ne lutte pas seulement pour faire triompher la justice. Il se bat pour une cause nouvelle et inattendue : rester là où il est et connaître enfin le bonheur.

  • Ce livre repère la naissance d'une théorie de l'Évolution originale. Étudiant les transformations des systèmes génétiques sous l'effet de leurs propres programmes, l'auteur met au jour, derrière la foison du Vivant, une sorte de tableau fixe du développement évolutif analogue au tableau des Éléments de Mendeleiev. Il présente les règles d'une grammaire théorique de l'Évolution, une taxinomie générative permettant la reconstitution prospective de la collection des êtres réels et la prévision des formes possibles. Cette théorie n'est pas une invention idéologique plaquée sur la réalité expérimentale mais une analyse rigoureusement épistémologique poussant à l'extrême les implications des découvertes de la biologie moléculaire. Traitant le matériau génétique comme un domaine du Signe, J.-C. Rufin y fait apparaître l'outillage conceptuel d'autres champs sémiotiques, en particulier la théorie syntaxique. Le Darwinisme n'est plus l'horizon indépassable de l'Évolution. Il se trouve désormais englobé et particularisé par un nouvel ordre, l'Évolutique, qui offre une théorie générale de la transformation des systèmes matriciels. Terrain de cette naissance, le Savoir biologique se dissout en tant que champ circonscrit par le transcendantal « vie » et de ce fait confirme sa valeur de science critique, au centre d'une brisure qui parcourt tout le champ de la connaissance contemporaine.

empty