Zora Neale Hurston

  • Janie avait seize ans. Un feuillage vernissé et des bourgeons tout près d'éclore et le désir de prendre à bras-le-corps la vie, mais la vie semblait se dérober. Où donc étaient-elles, ses abeilles chanteuses à elle ?... Du haut des marches elle scruta le monde aussi loin qu'elle put, et puis elle descendit jusqu'à la barrière et s'y pencha pour contempler la route de droite et de gauche. Guettant, attendant, le souffle écourté par l'impatience. Attendant que le monde vienne à se faire. » Il ne faudra pas moins de trois mariages et trois vies - le vieux Logan Killicks et ses sentiments trop frustes, le fringant Joe Starks et ses ambitions politiques dévorantes, puis la promesse d'égalité, l'étreinte d'amour et le frisson extatique qu'incarne Tea Cake - pour permettre à Janie d'atteindre toute la mesure de son rêve d'émancipation et de liberté.
    Portrait d'une femme entière, animée par la force de son innocence, qui brave la rumeur du monde et se révèle à l'existence, Mais leurs yeux dardaient sur Dieu est un chef-d'oeuvre - et l'un des tout premiers romans écrits par une Afro-Américaine. Un monument de la littérature, aussi percutant aujourd'hui que lors de sa parution aux États-Unis en 1937. À découvrir ou redécouvrir dans une traduction inédite magistrale.

  • Barracoon désigne les bâtiments utilisés pour le confinement des Africains destinés à être vendus et exportés vers l'Europe et les Amériques. Ces bâtiments allaient du modeste « abri à esclaves » aux imposantes « maisons d'esclaves » ou « châteaux d'esclaves ». Les captifs y restaient souvent confinés pendant des mois entiers.
    En 1927, la jeune anthropologue Zora Neale Hurston, qui va devenir l'une des plus grandes écrivaines noires du XXe siècle part rencontrer en Alabama Cudjo Lewis. A 86 ans, Cudjo est l'ultime survivant du dernier convoi négrier qui a quitté les côtes du Dahomey pour l'Amérique. Pendant des mois, Zora va recueillir sa parole, devenir son amie, partager ses souffrances et des fiertés. Le témoignage de Cudjo restitue comme nul autre la condition, la vie d'un esclave  : de sa capture en 1859 par un village voisin à sa terrifiante traversée, de ses années d'esclavage jusqu'à la guerre de sécession, jusqu'à son combat pour son émancipation.
    Un témoignage unique d'une sincérité et d'une précision bouleversante.

  • Considéré dans ce texte sur l'identité raciale: Les habitants noirs et les lauriers-roses d'Eatonville. La blancheur de Jacksonville. Le jazz atonal et ses harmonies ensorcelantes. La fin de l'esclavagisme. L'éternel féminin en collier de perles. Avec une introduction de Joël Des Rosiers.

empty