Sciences humaines & sociales

  • Le 30 avril 1871, sur le Territoire de l'Arizona, dans le canyon d'Aravaipa, une troupe d'Indiens Tohono O'odham, de Mexicains et d'Américains massacrait dans leur sommeil plus de 140 Apaches. il est demeuré une masse d'informations sur ce drame, qui a permis à Karl Jacoby de proposer une approche inédite de l'événement, connu sous le nom de Massacre de Camp Grant.
    Son ouvrage possède un caractère, en quelque manière, totalisant : son enquête interroge les modalités de la reconstitution des faits passés autour de la question de la violence non seulement dans l'histoire, mais en même temps de la violence de l'histoire.
    C'est d'abord par le choix de la structure narrative que la démarche de Karl Jacoby frappe par sa pertinence. Plutôt que de conduire un seul fil narratif, il en propose quatre, chacun constituant l'histoire de chacune des communautés impliquées dans le massacre : ce sont autant de perspectives particulières, contradictoires et complémentaires qui s'ouvrent de la sorte. Le livre en outre se dédouble en deux moments, celui de l'histoire de chacune de ces communautés avant le massacre, puis celui de la mémoire de chacune après le massacre.
    Avec ces regards subjectifs croisés, cette narration entrelacée portant sur le même événement, Karl Jacoby met à jour toute la difficulté de l'entreprise historique ; et, surtout, il stimule remarquablement le lecteur, auquel il propose au fond une méditation sur le travail de l'historien. Cette approche, dès lors qu'il s'agit d'aborder la question de la pulsion génocidaire chez les gens ordinaires, est radicalement originale sur ce terrain.
    Apparenté au maître-ouvrage de Christopher Browning, Des Hommes ordinaires, Des ombres à l'aube, s'agissant de l'histoire américaine, reconsidère ainsi au plus près le problème de la violence faite aux autochtones américains, trop souvent réduite à quelques archétypes, mais aussi propose un examen en profondeur des entreprises mémorielles et de leurs conséquences - parfois terribles - y compris dans et par l'histoire.

  • Au milieu de la nuit du 14 juillet 1881, à Fort Sumner dans le Territoire du Nouveau-Mexique, William H. Bonney, alias Billy the Kid, était révolvérisé par le shérif du comté de Lincoln, son « ami » Pat Garrett, dans des circonstances troubles. On soupçonna aussitôt le shérif de ne pas avoir été très fair play dans cette affaire.

    Offensé par la rumeur, il décida d'écrire dans les mois qui suivirent La Véritable Histoire de Billy the Kid, avec l'aide d'un ami écrivaillon, « Ash » Upson - alcoolique et bonimenteur notoire -, afin d'établir son honorabilité.

  • Le 4 septembre 1866, au Texas, la petite Bianca Babb, âgée de 10 ans, était enlevée avec son grand frère Dot par une bande d'Indiens Comanches. Adoptée par une jeune veuve, elle restera pendant sept mois auprès de sa « mère squaw ».
    Près de soixante ans plus tard, dans les années 1920, elle décida de mettre en ordre la mémoire de cette expérience fondatrice de son existence.
    Mélange de cauchemars et de rêves d'enfant, les souvenirs que la vieille dame rapporte de la petite fille qu'elle a été au coeur d'un campement comanche - le travail exténuant, les terreurs enfantines, la faim tenaillante, mais aussi les joies, les jeux et les peines - plongent le lecteur dans l'ordinaire d'un monde révolu qui était en train de disparaître.
    Il existe des centaines de récits de captivité chez les Indiens ; aucun ne possède la vigueur évocatrice de celui de Bianca Babb.

    « Mon nom est Madame J. D. Bell, de Denton, au Texas. Avant mon mariage, je m'appelais Bianca Babb, fille de J. S. et Isabel Babb, des pionniers du Texas.
    À l'époque de ma capture par les Indiens Comanches, j'étais une petite fille âgée de neuf étés, et je vivais avec mes parents dans un ranch situé sur la Dry Creek, à environ vingt kilomètres à l'ouest de Decatur, Wise County, Texas. Mon histoire commence véritablement à la fin des années 1860, aux temps anciens du Territoire indien, quand les bisons parcouraient les prairies de l'Ouest du Texas par milliers et qu'il y avait encore quantité d'antilopes et de daims. »

  • Ce livre retrace l'histoire d'un empire indigène qui, au plus fort de l'expansion coloniale européenne entre les XVIIIe et XIXe siècles, a inversé radicalement le mouvement de l'expansion occidentale. Pekka Hämäläinen, dans un travail minutieux auprès des fonds d'archives les moins exploités, a démontré l'existence, près de deux siècles durant, dans le Sud-Ouest de l'Amérique, d'un Empire comanche plus vaste que la France tout entière.

  • En 1690, un petit livre intitulé Les Infortunes d'Alonso Ramírez était imprimé à Mexico. Il racontait comment un charpentier de Porto Rico, capturé aux Philippines par des pirates anglais, avait enduré les sévices des forbans et assisté à leurs déprédations de la mer de Chine jusqu'en Atlantique.
    Relâché aux commandes d'une frégate, il avait ensuite fait naufrage sur une côte déserte du Yucatán. L'ouvrage, rapportant d'invraisemblables aventures, a longtemps été considéré comme un roman (picaresque), le premier jamais écrit en Amérique espagnole.
    Dans une enquête passionnante introductive à la traduction française des Infortunes, Fabio López Lázaro démontre qu'il s'agit d'un récit véridique - quoique fort suspect. Mais surtout, traquant Ramírez au long de son tour du monde, il ouvre des perspectives nouvelles sur l'histoire de la piraterie dans ses relations ambivalentes avec les premiers empires coloniaux planétaires.

    Fabio López Lázaro est professeur associé d'histoire à l'université d'Hawaï (Honolulu), où il est directeur du centre d'études d'histoire mondiale.

  • Suite à la défaite de Salamine, où la flotte des Perses fut anéantie par les Grecs, le Grand Roi Xerxès rentre vaincu dans ses palais. Souvent présentée comme une pièce dans le goût oriental, présentant la vision des vaincus, Les Perses est surtout un tour de force phénoménal, qui associe en un même mouvement les vainqueurs et les vaincus dans les entraves d'un destin partagé. Le discours du poète se fait alors éminemment politique: Eschyle questionne la cité sur les hasards de l'entreprise militaire, l'oblige à en considérer toutes les dimensions, sa légitimité, sa conduite, ses conséquences tragiques afin d'en prendre la juste mesure.
    Cette nouvelle traduction initie la série des "pièces de guerre" d'Eschyle, autant de méditations politiques sur la guerre et ses différents visages.

    Eschyle (v.525-456) est à placer aux côtés d'Homère par son influence sur les littératures occidentales. Vainqueur à de nombreuses reprises de concours de théâtres à Athènes, on n'a conservé de lui que sept des cent dix pièces qu'il composa.
    Myrto Gondicas est traductrice du grec.
    Pierre Judet de Lacombe est directeur de recherche à l'EHESS, et l'auteur de nombreux ouvrages sur la Grèce ancienne. Il a récemment publié une biographie d'Homère et il prépare une nouvelle traduction de l'Iliade.

  • En 1808, William Lockerby, jeune aventurier écossais venu dans les îles Fidji pour y collecter du bois de santal, se retrouva abandonné à terre par son navire. Demeuré auprès de Fidjiens engagés dans d'inexpiables guerres entre clans concurrents, il raconte dans ses mémoires comment il sut s'extirper de ces conflits - en les tournant à son propre avantage.

    Le récit haut en couleur de Lockerby témoigne du regard effaré que l'on portait alors sur les peuples aux confins des empires coloniaux, aussi bien que du souvenir ambivalent que l'Écossais garda de son expérience en ces terres alors inexplorées. Mais il offre également l'occasion d'une méditation sur les « premiers contacts » et les effets dévastateurs, sociaux comme environnementaux, de la quête effrénée du profit.

    William Lockerby (1782-1853) est écossais d'origine. Engagé de force dans la marine américaine, il est second sur un navire de commerce à Boston en 1807. En 1808-1809, il est aux Fidji, d'où il revient en Angleterre pour si'installer à Liverpool, où il devient finalement armateur dans le quartier de Fairfield. Une rue porte encore son nom (Lockerby road).
    Frantz Olivié est éditeur chez Anacharsis.

  • L'Expédition à Botany Bay, publié dans son intégralité pour la première fois en France, est considéré comme un texte fondateur pour l'Australie.
    D'une plume alerte et du style sobre et direct de celui qui se veut « témoin transparent » - à l'image de ses illustres prédécesseurs Cook ou Bougainville - Watkin Tench, jeune capitaine de la Royal Navy britannique, consigne le voyage de la Première flotte vers l'autre bout du monde, en 1787.

  • Au début du XIIIe siècle, les hordes d'Ögödei, le fils de Gengis Khan, déferlent sur le Nord-Est de l'Europe et ravagent tout sur leur passage, puis s'en retournent. L'Occident est glacé d'effroi ; le pape Innocent IV décide d'envoyer une ambassade au grand-khan mongol pour y voir plus clair.
    C'est ainsi que le franciscain Jean de Plancarpin part pour l'Asie centrale en 1245. Il revient après un voyage de deux ans qui l'a conduit, au coeur des steppes, l'oeil aux aguets, à assister à l'élection du nouvel empereur, Güyük.
    Ce livre rassemble le récit du voyage de Plancarpin - agrémenté des histoires fantastiques colportées le long des Routes de la Soie -, deux comptes rendus méconnus de ses aventures, ainsi que la traduction des lettres du pape apportées au grand-khan et la réponse - assez magnanime - de ce dernier. Ces textes nous ouvrent en grand les portes de l'Empire mongol au faîte de sa puissance.

  • À l'aube du 29 mai 1453, après un siège spectaculaire de presque deux mois, les troupes du sultan ottoman Mehmed II entraient dans Constantinople, mettant fin à l'empire millénaire de Byzance. Un monde basculait, et Constantinople devint capitale ottomane.

    L'événement fit à l'époque grande impression et fut par la suite surchargé de significations dans l'histoire universelle : on y voyait notamment, avec la consécration de la puissance ottomane, la fin du Moyen Âge et les débuts de l'époque moderne.

    Ce livre remet en perspective ce moment catalyseur, et de la façon la plus vivante qui soit : par les textes. Pour la première fois en français, il rassemble les sources grecques, ottomanes et occidentales, mises en contexte et éclairées à la lumière des derniers états de la recherche. Elles témoignent ensemble de la bataille, de ses suites immédiates et de sa postérité à plus long terme, jusque dans ses dimensions légendaires.

    À partir des points de vue les plus divers, ces textes de ton, de nature et d'origine très différents dévoilent ainsi toute la complexité de l'événement : une invitation à en repenser le sens.

  • Par un froid matin d'automne de l'an 1700, dans le Pays Hopi des hauts plateaux de l'Arizona, une coalition de guerriers hopis se livra à l'annihilation du village fortifié hopi lui-même d'Awat'ovi. Le site fut incendié et les ruines proclamées interdites. Aujourd'hui encore, la tuerie hante la conscience des Hopis, réputes incarner le « Peuple de la paix ».
    James Brooks, articulant des sources multiples telles que les chroniques espagnoles, les récits oraux des Hopis ou les rapports d'aventureux archéologues, se livre à une enquête fascinante sur les raisons et les résonances à travers le temps de cette violence. Une plongée vertigineuse dans les tourbillons d'une histoire qui soulève des questions brûlantes sur les sociétés fragilisées par les bouleversements climatiques, l'accueil des peuples migrants et les effets délétères du passé sur le présent.

    James F. Brooks est professeur d'histoire et d'anthropologie à l'université de Santa Barbara en Californie. Son ouvrage précédent, Captives and Cousins (2002), a été lauréat du prix Bancroft.

  • L'enfermement systématique des lépreux sur l'îlot de Spinalonga, au large de la Crète, débuta en 1904. Il devait perdurer jusqu'en 1957. Epaminondas Remoundakis y fut interné pendant vingt ans. Soucieux de revendiquer l'existence pleine d'un homme normal, il témoigne ici de la totalité de sa vie et non de son seul destin de proscrit. Il raconte avec un talent virtuose sa jeunesse buissonnière, sa vie d'étudiant à Athènes, son arrestation, son quotidien sur l'île. À travers la mémoire des combats collectifs menés contre l'injustice et l'arbitraire, il nous convie à une traversée de l'histoire de la Grèce et nous renvoie aux grands récits des expériences concentrationnaires. Maurice Born enregistra puis traduisit la parole vive de Remoundakis en 1972. Dans l'essai vigoureux qui suit, il trace un parcours historique de la lèpre et du sort de ses victimes, exposant la façon dont les malades furent le jouet des préjugés religieux ou idéologiques, puis de l'aveuglement des scientifiques. De quoi penser nos réactions face aux épidémies, quelles qu'elles soient.

  • Captifs et corsaires n'est pas seulement un livre qui relate l'histoire des affrontements entre la France et les Barbaresques de 1550 à 1830, date de la conquête d'alger par la france ; c'est un tour de force.
    En réglant sa focale sur les milliers de captifs français réduits en servitude dans les cités corsaires d'Afrique du Nord (au Maroc, Alger, Tunis et Tripoli) durant ces trois siècles, ce sont, en retour, de vastes pans de l'histoire de France que Gillian Weiss éclaire d'un jour nouveau.
    Car elle démontre comment ces captifs, au statut incertain et toujours susceptibles de renier leur foi ou leur allégeance politique, contraignirent l'État à reconfigurer les caractères de l'identité française et à étendre son emprise sur ses régions périphériques.
    Et par l'attention qu'elle porte à l'évolution de l'esclavage - d'abord considéré comme un accident de la vie, il sera peu à peu racialisé -, elle dévoile la façon dont la tortueuse lutte pour son abolition, ici en l'espèce « l'esclavage des Blancs », a pu conduire à une légitimation de la colonisation. Un ouvrage stimulant qui, en faisant une histoire de l'idéologie de l'émancipation par la conquête, résonne de multiples échos.

    Gillian Weiss est professeur d'histoire à la Case Western Reserve University de Cleveland.
    Elle travaille sur l'histoire de la Méditerranée moderne et notamment sur ses rives françaises, ainsi que sur la question de l'esclavage.

  • Rome, milieu du XIVe siècle. Le pape est à Avignon, la Ville éternelle en proie à la tyrannie des barons. Mais en 1347 Cola di Rienzo, fils d'une lavandière, l'esprit enflammé par l'idée de la grandeur de Rome et de l'Italie, se met à la tête du peuple en armes et s'empare du pouvoir. Enivré par sa puissance, il finira massacré par la foule. À quelque temps de là, un écrivain inconnu prend la plume pour composer en langue romaine une chronique rapportant les faits et gestes de Cola di Rienzo - mais pas seulement. Et ce sera un chef-d'oeuvre de la littérature italienne, tourbillon au parler truculent nous transportant sur les champs de bataille de Crécy, en Espagne ou en Turquie et dans le monde chatoyant de cette Italie du gonfalon à l'humanisme frémissant, théâtre des fureurs des hommes, de leurs prouesses et de leurs misères.

  • En 1802, l'Institut national lançait un concours public sur le thème suivant : « Jusqu'à quel point les traitements barbares exercés sur les animaux intéressent-ils la morale publique ? Et conviendrait-il de faire des lois à cet égard ? »

    En 1804, l'Institut avait reçu vingt-huit dissertations, sorties de la plume de citoyens connus ou anonymes. Ce sont ces documents retrouvés qui forment le socle de cette étude.
    Ces réflexions dévoilent d'abord à quel point les tensions politiques du moment déterminent la pensée sur l'animal : en ces temps de rétablissement de l'esclavage et avec l'arrivée au pouvoir de Bonaparte, c'est la conception de tout un ordre naturel hiérarchisé - miroir du monde social - qui se voit débattue.
    Mais au-delà, ces méditations sur le droit et la sensibilité des animaux démontrent une prise de conscience de la menace que l'homme fait peser sur l'environnement, et élaborent une préface lucide à nos inquiétudes contemporaines.

  • Villoison fut envoyé en mission à Venise en 1778-1782, afin d'y faire moisson de manuscrits grecs inédits. Il allait y trouver ses lettres de noblesse en y découvrant le plus ancien et le plus extraordinaire manuscrit de l'Iliade.
    Mais ce que souligne cet ouvrage, qui présente la première édition du rapport rédigé par Villoison à son retour de Venise, c'est le caractère novateur de sa conception encyclopédique de la philologie et de ses méthodes textualistes : Villoison s'y révèle un précurseur des tendances les plus modernes de la philologie classique. Dès lors, c'est toute l'histoire de la discipline qui doit être reconsidérée...
    Ce volume constitue ainsi une contribution essentielle à la nouvelle histoire de la philologie, en même temps qu'une approche vivifiante de l'art de lire.

    Laurent Calvié est docteur en littérature ancienne et prépare une édition critique des Écrits sur le rythme d'Aristoxène de Tarente. Il est directeur de la série « Philologie » chez Anacharsis.

  • Youchka est un voleur. Il oeuvre à Bordeaux et vit de ses activités prédatrices, le cambriolage, le vol de voitures, la vente de l'or de casse, au Cambodge ou ailleurs. Il n'a jamais été pris.
    Myriam Congoste est parvenue à le rencontrer puis à l'accompagner dans l'ordinaire de sa vie en marge de notre monde. Elle s'est immergée dans le milieu réprouvé des délinquants de profession sans jamais faire abstraction de ses doutes, de ses transports, de ses enthousiasmes et de ses erreurs.
    La relation ethnographique devient ici un apprentissage de la transgression et de ses tourments, une confrontation entre l'ordre moral toujours à rétablir et l'exercice d'une liberté et d'une vengeance sociale radicales toujours illicites. Naviguant entre les écueils de l'imagerie gangstériste et ceux de la réprobation vertueuse, entre fascination et répulsion, Myriam Congoste restitue dans ce livre dérangeant toute son épaisseur vibrante et contradictoire à une parole d'habitude vouée au silence.

  • Au mois d'avril 1431, Messer Pietro Querini, de Venise, appareille de Candie, en Crête, à destination des Flandres, avec 68 compagnons et associés. Après avoir traversé la Méditerranée et remonté la façade Atlantique, le navire est emporté par une tempête. L'effroyable histoire des marins vénitiens dans les mers froides commence.
    En avril 1431, le nef Querina, navire vénitien, quitte la Crète pour les Flandres, avec à son bord soixante-huit hommes. Le voyage devait durer dix mois. Dix-huit mois plus tard, seuls onze rescapés emplis d'effroi reviennent à Venise.
    De leur épouvantable naufrage aux abords du cercle polaire, nous possédons deux témoignages, à la fois complémentaires et divergents, l'un de Pietro Querini, propriétaire et capitaine du navire, et l'autre des marins Cristoforo Fioravante et Nicolò de Michiel.
    Tous racontent comment, poussés par des tempêtes incessantes en plein Atlantique, après des semaines de dérive sur une nef en désagrégation qu'il fallut abandonner pour de frêles chaloupes, ils échouèrent finalement, au coeur de l'hiver boréal, sur une île déserte de l'archipel des Lofoten, au nord de la Norvège.
    Dans ces récits de survivants nous est révélée avec une force rare la peur universelle de l'engloutissement dans les abysses.

  • Les promenades et divagations littéraires, philosophiques ou morales ici proposées aux lecteurs, oisifs par excellence, composent une pensée marquée au coin de l'esprit des Lumières et de la grande tradition sceptique. C'est avant tout aux Essais de Michel de Montaigne que l'on pense à la lecture de ce livre, en outre notoirement irrigué par les philosophes intempestifs que sont Voltaire ou Nietzsche, et par les écrits d'Albert Camus dont Joan Fuster fut le traducteur.

    Il aborde selon l'arbitraire insouciant de l'ordre alphabétique des sujets aussi variés que l'Amour, la Justice, la Lâcheté, la Lecture ou encore la Méditerranée, l'Uxoricide et le Sexe sans jamais prendre la pose, mais avec une ironie subtile et une revigorante fraîcheur.

    Dans une langue ciselée avec la précision d'un travail d'orfèvre, chaque article ramasse et développe à soi seul des considérations incisives qui confondent avec bonheur tous les obscurantismes.

  • Jeremiah Johnson (ou John Garrisson, en fait peu importe) arriva dans les montagnes Rocheuses au milieu du XIXe siècle pour s'y faire trappeur. Mais l'assassinat de son épouse indienne le conduisit à mener une sanglante vendetta contre la tribu des Crows. Méchant, il mangeait cru le foie de ses ennemis. Ce livre rapporte sa légende. Bourré d'outrances, horrifiant, traversé par un humour sardonique et servi par un style alerte, Jeremiah Johnson le Mangeur de Foie, petit chef-d'oeuvre de la littérature folklorique américaine, adapté au cinéma par Sydney Pollack avec Robert Redford dans le rôle-titre, est aux antipodes du Nature Writing classique : c'est une ode à la sauvagerie brute.

  • Ouvrage unique dans la littérature millénaire de l'Empire grec de Byzance, les Conseils et récits du général en retraite Kékauménos, rédigés à la fin du XIe siècle, nous font pénétrer l'intérieur d'un monde insoupçonné. Avec ce recueil de sagesse mêlant une tradition immémoriale et ses propres expériences dans l'armée, au palais ou sur ses terres, agrémenté d'anecdotes imagées puisées aux quatre coins de l'Empire, Kékauménos compose un traité de vie politique pratique. Le résultat est stupéfiant. On y découvre comment la dissimulation, le subterfuge, les alliances précaires, la concurrence généralisée, la méfiance universelle et une conduite finalement pragmatique font contrepoids à l'absolutisme théocratique de l'Empire byzantin. Un monde en tension perpétuelle à la confluence de l'Orient et de l'Occident qu'il faut se donner la peine de méditer.

  • La guerre du Roi Philip dévasta les colonies anglaises de la côte est de l'Amérique entre 1675 et 1676. Colons puritains et Indiens Algonquins s'y affrontèrent avec une violence inouïe. Après avoir manqué de disparaître, les colons finirent par l'emporter. Outrancièrement : au-delà de leur victoire par les armes, ils furent seuls à coucher cette guerre par écrit, à l'imprimer, à en publier la mémoire pour les siècles à venir - à lui donner ce nom. Avec un art consommé de la narration, Jill Lepore opère une plongée dans le monde brutal de cette époque, où le sang et l'encre coulaient d'un même élan pour engloutir les autochtones dans l'oubli ; prolongeant son enquête jusqu'au XXe siècle, elle expose de surcroît par quels détours cette guerre implacable fut instituée comme un moment fondateur de l'identité américaine. Méditation suggestive sur la guerre parmi les hommes et réflexion sur l'histoire que l'on en fait, Le Nom de la guerre est une réussite rare : un livre d'histoire totale.

  • Labyrinthique, obscur et poussiéreux, le monde des archives semble relégué dans une arrière-cour où germerait spontanément notre patrimoine ordinaire.
    Mais Anne Both s'est aventurée au sein d'un service d'archives départementales afin d'y côtoyer ceux qui, au quotidien, oeuvrent à la fabrication des archives.
    Elle nous dévoile ainsi un univers à la fois prosaïque et vertigineux, dans lequel l'éternité programmée de la mission de conservation et la masse toujours exponentielle des documents se conjuguent pour peser de tout leur poids sur cette mise en ordre du temps.
    Une enquête foisonnante qui invite à une méditation sur les conditions de l'élaboration de notre mémoire.

    Anne Both est anthropologue. Elle a notamment publié Les Managers et leurs discours. Anthropologie de la rhétorique managériale aux Presses universitaires de Bordeaux (2007).

empty