Littérature générale

  • La narratrice de ce roman a décidé, un jour, de couper les ponts avec le monde qui l'entoure, de renoncer à sa carrière d'écrivain, de quitter Paris pour se réfugier dans sa maison, perdue dans la campagne, au milieu du pays d'Auge.
    Cela fait maintenant cinq ans qu'elle vit là, recluse, parfaitement solitaire, en dehors de son chien, Paul, qui l'accompagne partout. Depuis, elle n'a plus écrit une ligne.
    À l'origine de ce changement de vie, il y a un traumatisme, si violent qu'elle en a perdu la mémoire. Des bribes de souvenirs vont pourtant refaire surface. Cette femme rendue à elle-même découvre alors qu'elle a été la victime d'un harceleur qui ne lui a laissé aucun répit, au point qu'elle a failli en perdre la vie.
    Aujourd'hui, ce personnage monstrueux l'a retrouvée. Cette fois, elle n'a plus le choix : ce sera lui ou elle.

    Nathalie Rheims vit toujours à Paris. Danger en rive est son vingt-deuxième roman.

  • Conquistadors raconte un épisode de la conquête du monde telle que je l'ai rêvée, ouragan ou invasion de sauterelles. C'est en tous les cas un grand raout d'or et de sang, épopée glorieuse et vulgaire, comme elles le sont toutes, assortiment de hautes manoeuvres et de mauvais coups.
    Cet épisode est celui de la conquête du Pérou par Francisco Pizarre et de la destruction de l'Empire inca. On y voit s'ouvrir la tragédie de notre monde, celui où nous vivons, par un grand fait divers où la mappemonde, Dieu, l'or et la poudre se rencontrent.
    Ainsi, s'accrochant aux pentes sèches de la Cordillère pour la grande chasse à Dieu, les mercenaires d'Espagne soufflèrent sur les premières braises de l'empire le vent glacial du progrès.
    É. V.

  • L'echappee

    Angie David

    Quatre amies, qui se connaissent depuis le lycée, à Nouméa, s'offrent pour leurs 40 ans un week-end dans un village perdu de la Drôme. Corvolle appartient à Philippe, écrivain raté, qui a troqué ses ambitions contre une idéologie collapsiste.
    Les héroïnes, empreintes de progressisme, prêtes à adhérer aux grandes convictions actuelles, sont des clientes idéales pour un tel projet, excepté la narratrice qui, enceinte d'un premier enfant, se montre critique envers les « clichés » de l'époque, pleine de contradictions et de paradoxes.
     
    Se jouent, d'un côté, les liens quasi familiaux entre ces femmes, et de l'autre, les dissensions politiques qui existent quand on aborde les questions liées à la culture « woke ». Mais de conversations en disputes, n'est-ce pas l'amour qui les unit qui se révélera plus fort ?
     
    Angie David est écrivaine et éditrice. On lui doit, notamment, Dominique Aury (Goncourt de la biographie, 2006) et Sylvia Bataille (2013), parus chez Léo Scheer.

  • « Je voudrais vous parler d'un personnage omniprésent dans la littérature. Un personnage discret et remarquable, connu de tous et mystérieux ; arriviste peut-être, il sait aussi séduire et fasciner. Le chat est ce personnage aux formes multiples, infiniment flexible.
    Comment se douter qu'un être si petit, si familier, avait investi les listes des dramatis personae ? Son animalité, les masques variés avec lesquels il se déplace dans les oeuvres ne le rendent pas moins prépondérant dans les romans que dans la poésie ou le cinéma. Prépondérant, mais si délicat à cerner qu'il me fallait en faire un livre. Je n'étais pas au bout de mes découvertes. Se pouvait-il, pour paraphraser Rilke, que je prétendisse connaître les chats avant d'avoir écrit sur eux ? »
    S. H.

  • C'est un récit de l'intérieur sur le soir et les jours qui ont suivi le 13 novembre 2015, une déambulation nocturne entre le bar Le Carillon et le journal Libération.
    C'est une errance dans Paris, une tétanie aussi. La confrontation entre un corps urbain, qui représente la liberté, l'amour et le sexe, devenu inquiétant et dangereux, et celui de la campagne qui, au-delà de l'ennui et de la routine, se révèle, après coup, rassurant.
    C'est comment tu continues de vivre, de manger, d'aller à la plage regarder la mer, alors que l'histoire s'écroule, et que tu as conscience que commence un cycle infini d'états d'urgence et de restrictions.

    Quentin Girard est né en 1986. Il est journaliste à Libération.

  • Vrai faux manuel d'écriture littéraire, cet ouvrage parle de ce qui se publie aujourd'hui en français, et pas seulement. Son propos est organisé selon la fiction d'un « how-to ». Comment éviter les phrases de rien. Comment lire. Comment dialoguer. Comment payer ses dettes. Comment être publié - ou pas...
    Ces pages sont animées d'une même expérience d'écrivain, de lecteur, de chercheur. Beaucoup d'oeuvres admirables sont citées ; et aussi quelques textes plus lamentables. Eh ! il faut bien faire des différences. Pourtant, loin du jeu de massacre, ce guide d'écriture est une contribution singulière à l'oeuvre future de la littérature.
    Laurent Dubreuil est professeur de littérature comparée aux États-Unis. Il est l'auteur de nombreux ouvrages, dont, Portraits de l'Amérique en jeune morte (Léo Scheer, 2019).

  • Roman

    Nathalie Rheims

    Sur le bureau de Nathalie Rheims, un encrier en bronze à l'effigie de Méphistophélès. L'auteure croit pouvoir s'adresser à lui, mais on ne convoque pas le Diable aussi facilement. Pour qu'un dialogue soit possible, même imaginaire, il faut trouver un tiers, un nouveau Faust.
    Ce sera Roman, un homme qu'elle ne connaît pas, mais dont l'existence et l'oeuvre la fascinent depuis toujours. Décidée à suivre celui dont le destin s'est accompli d'abord dans ses films, avant de le rattraper dans la vie, Nathalie Rheims explore les mystères de ce que notre monde ressent comme la fin des temps.

    Roman est le vingt et unième livre de Nathalie Rheims.

  • Depuis que Jojo s'est fait larguer, il n'a qu'une peur : finir sa vie seul. Tel un Don Juan bobo impossible à satisfaire, il multiplie les rencontres pour conjurer le sort, et se lance dans une série de dates boiteuses, lamentables, grotesques, qui sont l'occasion de déboulonner les règles du jeu de la séduction dans le monde post-Tinder.
    Avec sa veine caustique, tendre et idéaliste, Tue-l'amour est une réflexion sur l'amour et les conditions de son éclosion. La quête de Jojo est un apprentissage, qui le conduit à tuer une certaine idée du couple, pour lui permettre de s'épanouir. Ceci étant plus facile à dire qu'à faire...
    Louis Daboussy est né à Paris. Tue-l'amour est son premier roman.

  • Après son divorce, une quadragénaire s'apprête à chercher un nouveau conjoint. Elle ignore qu'elle ne vaut plus rien ou presque sur le « marché matrimonial », ainsi que les difficultés relationnelles en tout genre qui l'attendent.
    Or, loin de se résigner, l'héroïne de ce récit trouve une solution révolutionnaire : se mettre en couple avec elle-même. Elle ne se contente pas de trouver le bonheur de cette curieuse manière ; désormais, elle est persuadée qu'à l'avenir, chacun comprendra que cette recette est la seule viable pour l'humanité tout entière.

    Marcela Iacub, directrice de recherche au CNRS, est auteure de nombreux essais dont, récemment, La Fin du couple ou Scandale à la porcherie, et de romans, dont Confessions d'une mangeuse de viande ou Belle et Bête.

  • « J'avais fini par imaginer que les reins, parce qu'ils fonctionnent sans qu'on puisse rien en savoir, sont le véritable siège de l'inconscient. J'avais opté pour les maintenir dans cette sphère de mon ignorance. Inutile de fouiller dans ces zones d'ombre, je savais très précisément où cela me conduirait. Qui étais-je pour me croire l'égale de celui qui, seul, peut sonder les reins et les coeurs ? »

    Pour écrire ce texte, Nathalie Rheims n'a pas été guidée par son imagination. Confrontée à une réalité implacable, elle raconte une année de lutte contre un mal singulier, qui, de génération en génération, frappe toutes les femmes de sa famille.
    Arrivée aux limites de ce que le corps et la conscience sont capables d'endurer, elle doit faire un choix, auquel elle n'aurait jamais cru devoir faire face, un choix sublimé par le don, mais rongé par le sentiment de culpabilité.

    Nathalie Rheims est écrivain. Elle vit à Paris. Les Reins et les Coeurs est son 20e livre.

  • «  Tout ce que je souhaite, c'est de pouvoir aimer ce qui commence et ce qui finit, sans faire semblant, sans faire passer un effondrement pour une révélation, ni une gestation pour une agonie. »
     
    Le deuxième tome de Kaléidoscope rassemble une nouvelle série de textes de l'écrivain et philosophe Tristan Garcia. Tous sont reliés par un fil secret : la recherche d'une limite entre le monde ancien et le monde nouveau, entre la nostalgie et l'impatience, entre ce que nous gagnons et ce que nous perdons dans les changements de l'époque.
     
    Où débute, où s'arrête une frontière ? Qu'est-ce qu'un esprit réactionnaire ? Comment voir quelque chose d'original dans des images sans cesse recopiées ? Pourquoi lisons-nous des romans policiers ? Autant de questions contemporaines, parfois inattendues, auxquelles ces courts essais se proposent de répondre. La pensée de Tristan Garcia est exigeante, rétive aux fausses simplifications, mais toujours éclairante. Là où le monde nous semble défait, abîmé ou incompréhensible, elle nous guide, du moins nous apprend, ici et maintenant, à ne pas confondre les aurores et les crépuscules. »

    Extrait de: Tristan Garcia. « Kaléidoscope II, Ce qui commence et ce qui finit. » Apple Books.

  • À Villejuif, en banlieue parisienne, Antoine Taupin, cinéaste sur le déclin, est sur le point d'enterrer ses ambitions. Entre les barres d'immeubles et les terrains en friche, il traîne son spleen, tandis que s'ouvre devant lui le chantier du Grand Paris.
    C'est alors qu'à la sortie d'un Picard Surgelés, il croit reconnaître la silhouette de Bill Murray, qui s'engouffre dans une limousine avant de disparaître.
    Qu'est-ce qu'une star internationale pourrait bien faire au beau milieu du Val-de-Marne ? L'apparition du « pape de la mélancolie » incarne-t-elle, pour Antoine, un début de rédemption ?
    Mais un doute subsiste : s'agit-il vraiment de Bill Murray ?

    Alexandre Steiger est comédien, cinéaste et écrivain. Il est l'auteur de La Distance, paru chez Léo Scheer, en 2017.

  • Cet ouvrage est le premier d'une série de recueils, sous le titre Kaléidoscope.
    Il rassemble seize textes, hétéroclites en apparence, par leur style et par leurs objets, qui expriment pourtant une même vision du monde et de l'époque : il y est question de philosophie, de politique, de foi, de sciences et d'arts, de sons, de textes et d'images, de culture populaire et savante, de réalité et de fiction, du beau et du laid, du faux et du vrai, de l'espace et du temps, d'animaux humains et non humains, de genres, de races, de classes et de générations... L'important étant de les considérer tous sans hiérarchie, mais avec distinction.
    Les articles se répondent et s'enchaînent, en sorte de construire une manière de vivre et de penser, mais ne sont pas soumis à un ordre rigide. Ainsi, le lecteur peut ouvrir le volume au hasard, sans craindre de perdre le sens de l'ensemble.
    Kaléidoscope II paraîtra en octobre 2019.
     
    Tristan Garcia est écrivain et philosophe. Il est l'auteur de nombreux romans et essais, dont, récemment, La Vie intense (Autrement, 2016) ou Âmes. Histoire de la souffrance I (Gallimard, 2019). 

  • San Francisco, creuset de la révolution numérique qui a déferlé sur nos existences. Dans cette ville où triomphent les geeks avides de gloire et d'argent, Marc, viré de sa propre start-up par ses associés, rumine son échec. Ses rares moments de répit, il les trouve dans des discussions tarifées par webcam interposée avec Luz, une étudiante colombienne, qui l'entraîne dans un règlement de comptes avec une star des réseaux sociaux. Grisé, Marc cherche bientôt à se venger, en s'inspirant des attaques que mène un mystérieux groupuscule contre les géants du Web.
    Ce roman-monde décrit l'envers de la Silicon Valley, dont Palo Alto est l'épicentre, et les ravages sur son tissu social. Par extension, il raconte notre rapport ambigu à la technologie, entre plaisir coupable et souffrances, désir de briller et condition d'otage.

    Loïc Hecht est né en 1984. Journaliste indépendant, il explore les marges de notre monde et les effets de l'emprise digitale sur nos vies. Il a été le rédacteur en chef de Snatch Magazine.
    Le Syndrome de Palo Alto est son premier roman.

  • « C'est à cause d'eux qu'on n'a pas de boulot, ou alors des boulots de merde. À cause d'eux que Diane et toi, vous avez des familles dysfonctionnelles. Moi, mon père, en 68, il avait quarante ans, et il défilait sur les Champs-Élysées pour le Général. »

    Louis, trente ans, vient de se faire virer de son agence de pub et vit en colocation. Pour ce « fils de vieux » qui a sauté sur Diên Biên Phu, les responsables de son échec sont les baby-boomers, qui refusent d'abandonner leur place dorée au sommet de la société du spectacle. Pire, en détruisant toute idée de transmission, patrimoniale, culturelle ou même génétique, ils ont laissé une génération sans repères, écartelée entre la tentation du nihilisme et la volonté de dépassement.
    Leur salut ? Renoncer au bien-être et à la sécurité, pour retrouver le goût du combat.

    Alexandre Guyomard est l'auteur de Sur la Panaméricaine, paru chez Léo Scheer en 2012. Il vit actuellement à Panama City.

  • Tohu

    Eric Vuillard

    Éric Vuillard réalise avec Tohu un geste littéraire qui en fait d'ores et déjà l'un des auteurs-clef de sa génération sachant allier densité d'un style poétique et efficacité romanesque en prise avec les affects les plus profonds.
    A la fois roman et travail de la langue, Tohu fait appel à la curiosité du lecteur, développant un univers d'une originalité absolue et fascinante. Un jeu de cache-cache jouant de l'ellipse et de la révélation, mobilisant les mystères de la vie et de la mort, du désir et de la parole, dans une quête littéraire profonde et absolue.
    Le style d'Éric Vuillard est direct et excessif, baroque et fulgurant. Il nous entraîne au sein d'un genre inédit : un roman exaltant qui serait aussi épopée de la langue, musicale, visionnaire, métaphysique.

  • « Le pacte que j'avais signé m'avait donc donné le pouvoir de me débarrasser de ce qui m'encombrait le plus. Encore fallait-il avoir une conscience précise de ce qui m'avait, jusque-là, gâché la vie.
    Que de fardeaux transportés à longueur d'années sans le savoir, parfois même en finissant par aimer ses bourreaux et les causes de ses malheurs !
    Il fallait bien y réfléchir, car le temps pourrait venir à me manquer, et choisir, sans me tromper, ce que je pourrais corriger, sélectionner ce que j'avais le plus envie de jeter par-dessus bord. »

    Dans ce dix-neuvième livre, Ma vie sans moi, roman, Nathalie Rheims s'abandonne plus que jamais, et poursuit la démarche entreprise dans Laisser les cendres s'envoler (2014) et Place Colette (2016), ses deux derniers romans publiés aux Éditions Léo Scheer.

  • À Paris, un écrivain qui approche de la soixantaine tombe amoureux d'une cantatrice russe beaucoup plus jeune. Rencontre entre un homme de l'ombre et une diva ; rencontre difficile, dans laquelle intervient aussi la fille de la soprano, Dolores, 16 ans, venue d'Amérique. Nouvelle Lolita ou adolescente en quête de parents, la jeune fille les amènera devant leurs propres gouffres.
    On retrouve ici le personnage de Pascal Bugeaud, double de l'auteur, cette fois placé devant une interrogation inédite : la cantatrice est-elle sa dernière passion, ou Dolores une autre figure amoureuse ? Est-ce pour lui la fin de l'écriture, ou bien, grâce à la musique, le début d'une nouvelle vie ?

    Richard Millet est l'auteur de nombreux ouvrages dont, récemment, Tuer (2015), Province (2016) et Pour Bernard Menez (2017), publiés aux Éditions Léo Scheer.

  • Nous avons lu De la démocratie en Amérique et Masse et puissance, Les Grands Cimetières sous la lune, Si c'est un homme, L'Archipel du goulag : nous ne saurions nous en laisser conter... Sur la guerre de Syrie, la presse occidentale, dans son ensemble, donne un point de vue unique, soumis à la vision politique des États-Unis et de leurs alliés. Je suis de ceux qui refusent ce conte... Rares sont ceux qui se sont rendus ceux qui connaissent vraiment le Proche-Orient. Quant aux écrivains, ils ne s'y intéressent pas...
    J'ai passé mon enfance dans cette région ; je suis retourné à Damas, à deux reprises, en 2015 et en 2017. Dans ces notes reprises sous forme de récit et de digressions, je dis ce que j'ai vu et entendu, et je le fais en écrivain, c'est-à-dire en homme libre. R. M. 

  • No zone

    Bruno Gay

    Dans un avenir plus ou moins proche, une
    expédition composée de militaires et de
    scientifiques avance, au sein d'un territoire depuis longtemps déserté par l'homme, pour enquêter sur la rémanence de radiations émises lors d'une catastrophe, et leurs conséquences sur le biotope.
    Des éléments laissent penser à la présence
    d'autochtones. Peu à peu, les indices
    s'accumulent. La mission a-t-elle touché son but ? Reste-il quelque chose, quelqu'un à sauver ?
    Comme souvent en terra incognita, la menace
    semble imminente...

    D'une écriture virtuose, Bruno Gay renouvelle ici le genre du récit post-apocalyptique.

    Après des études de philosophie, ne désirant pas embrasser la carrière d'enseignant, Bruno Gay a exercé divers métiers : jardinier, galerie, restaurateur... Figure connue du milieu de l'art
    primitif, il est l'auteur de nombreux articles et
    notices d'exposition sur le sujet.

  • Seize minutes et cinquante secondes. C'est le temps qu'il faut pour se rendre du collège de Dreux à celui d'Anet, en traversant la forêt qui sépare les deux établissements ; l'un est qualifié de REP +, l'autre non. Francesco vient d'y être nommé pour enseigner l'italien et découvre ce pays et son système éducatif. La réalité à laquelle il est confronté, parfois brutale, souvent attendrissante, tranche avec l'aura baroque et mélancolique de cette « sylve obscure » peuplée d'animaux, d'arbres et de mythes. À son contact, le récit du quotidien morne et répétitif du professeur et poète se métamorphose, entre allégories affectueuses et désabusées de l'adolescence, et peinture savoureuse de l'Éducation nationale.

  • De 2001 à 2004, Pierre Guyotat a donné à l'université Paris-VIII Saint-Denis, dans le cadre de l'Institut d'Études Européennes, devant un auditoire composé de jeunes étudiants en grande partie étrangers, un cours d'« Histoire de la langue française par les textes », qui est ici retranscrit dans sa quasi-intégralité.
    Lectures commentées, éléments d'une pensée de la langue et de l'Histoire, récits de la vie intérieure, sociale, politique, des grands auteurs et de la scolarité de Pierre Guyotat, dans la continuité de ses derniers livres, Formation et Arrière-fond, permettent de renouveler l'idée que l'on se faisait des grands textes classiques et, en offrant une vue unique de la relation que l'auteur d'Éden, Éden, Éden entretient avec eux, de remonter aux sources d'une oeuvre, la sienne, qui ne cesse de s'inventer.
    L'ensemble forme une anthologie à la fois intime et universelle: parcours de savoir et d'imagination dans l'Histoire de la France et de l'Europe, et au-delà - le Nouveau Monde, l'Empire ottoman, la Chine... Du Serment de Strasbourg à Paul Claudel, de Rutebeuf à Buffon, de Montaigne à Tocqueville, de la science à la peinture, à la musique, à l'architecture et aux lois, d'Ézéchiel à l'Henry V de Shakespeare, c'est toute une tradition occidentale qui est ici exposée librement et liée à l'actualité immédiate, par un des créateurs les plus puissants du dernier demi-siècle.

  • Que vienne mon tour et tu verras, ô grande bouche, de quel velours je suis fait. Avec moi, tu ne connaîtras jamais plus la nuit ni l'obscur du corps, mais une blancheur, une blancheur éternelle.
    Vil, veule, velléitaire, bêlant, le veau pleure sa grâce perdue, son innocence laiteuse. Il appelle son élu, aspire à son palais. Il met dans ses regrets et dans son désir de sacrifice tout ce qu'il y a de plus haut et tout ce qu'il y a de plus bas, en fier équilibriste de la chair blanche. Tour à tour émouvant et odieux, l'enfant de la vache renie le taureau, se réfugie dans le sentimental, puis sombre dans la violence et rêve aux pires holocaustes.
    Rien de ce qui est inhumain ne lui est étranger : la mort partout présente, convoitée dès l'enfance, la pureté innommable et ses terribles cruautés, le racisme enfin, les plus terrifiantes persécutions bouchères... Son monologue, ardent jusqu'au délire, révèle l'horreur qui se tapit sous la mère, et ce qu'il y a de barbare dans la mièvrerie insinuante des plus doux amis de l'homme.
    Cette viande se croit destinée. Elle veut sauver le monde. Le monde a du souci à se faire.

  • L'un des plus grands créateurs vivants, le plus mystérieux sans doute, est ici, pour la première fois, au-delà des clichés et de la légende, placé en pleine lumière, vie et oeuvre mêlées.
    S'appuyant sur une vaste documentation inédite et de très nombreux témoignages, et forte d'une connaissance intime des textes, Catherine Brun offre, dans une synthèse unique de l'enquête biographique et de l'analyse littéraire, les clés indispensables pour entrer dans cette oeuvre qui, de Tombeau pour cinq cent mille soldats et Éden, Éden, Éden à Progénitures, n'a jamais cessé de fasciner, de scandaliser et de bouleverser. Quarante ans de combat pour une écriture devenue langue, puis verbe, mais aussi d'un constant engagement dans le siècle. Une vie et une création portées par le même inlassable mouvement, en transformation permanente, et dont chacun verra avec évidence, au terme de ce passionnant récit, qu'elles constituent une aventure humaine, intellectuelle et artistique essentielle à notre temps.
    Catherine Brun, née en 1966, est maître de conférences à l'université Paris III (Sorbonne nouvelle). Elle travaille depuis quinze ans sur l'oeuvre de Pierre Guyotat. Elle prépare un livre sur la guerre d'Algérie au théâtre.

empty