Les éditions de L'instant même

  • Le jour où la belle Junie emménage avec Britannicus, le royaume d'Agrippine est menacé. Néron n'a plus qu'une idée en tête, posséder Junie, quitte à mettre Octavie dehors. L'ordre établi s'écroule et tous se retrouvent dans une course à qui mettra le feu à la maison familiale.
    Si les personnages sont empruntés à Racine, c'est dans un royaume de vinyle et de mélamine que se déploie cette histoire de trahisons, de sacrifices, de désirs, de flammes et de corps ensevelis sous la neige et les cendres, mais aussi d'amours infinis.

  • « Ventre » le deuxième volet d'une trilogie théâtrale du comédien et dramaturge Steve Gagnon continue l'exploration de la séparation amoureuse amorcée avec « La montagne rouge (SANG) ». Elle et lui s'affrontent, s'entrechoquent et se déchirent avec leurs

  • Recueil de nouvelles présentant des personnages contemporains aux prises avec les problèmes inhérents à la condition humaine : la détresse d'une femme au retour de l'hôpital, l'infidélité suspectée et redoutée, la difficulté du rompre la solitude, etc. Chaque nouvelle devient une ponction, une plongée, une saisie.

  • Entretiens avec Peter Brook menés par Pierre MacDuff, directeur général de la compagnie de théâtre Les Deux Mondes.

  • Du modernisme des années 1960, en passant par le réalisme politique des années 1970, le postmodernisme des années 1980 et 1990, jusqu'aux premières décennies du cinéma du numérique, le cinéma de répertoire rayonne aussi dans les cinématographies nationales.
    Enrichi de tableaux récapitulatifs regroupant les films essentiels pour chaque période donnée, Le cinéma de répertoire et ses mises en scène propose une rétrospective historique d'un cinéma indépendant tantôt lumineux, tantôt désabusé, mais jamais à court d'inventivité.

  • Ce volume fait suite au Parcours de la musique baroque publié en 1995. Il est dans le même esprit. Destiné au mélomane profane, ce bref survol cherche à cerner ce qui, dans la musique classique au sens restreint, exerce un attrait sur le grand public. Seuls les grands maîtres viennois de la haute période (1750- 1820) sont ici examinés : Haydn, Mozart et Beethoven, laprès- Beethoven étant considéré comme le début de la période romantique. Louvrage contient un court résumé de la biographie de chacun des trois compositeurs suivi dune présentation succincte de lensemble de loeuvre.

  • Pièce de théâtre. Un an après le suicide de son amoureux, une jeune femme retourne sur la montagne où ils aimaient tant se retrouver, là même où il s'est enlevé la vie. Par la présence en scène du jeune homme, Steve Gagnon superpose deux époques : le moment présent du deuil si difficile et l'évocation des moments de bonheur commun, mais aussi du mal de vivre qui a conduit le jeune homme à la mort.

  • Textes de trois pièces de théâtre de Lomer Mercier Gouin accompagnés d'un dossier bibliographique et d'une présentation de André G. Bourassa, éminent spécialiste du théâtre québécois et des écrivains automatistes.

  • Huit personnages vivent dans des cabanes autour d'un lac, au milieu d'une forêt, Des hommes, des femmes, qui ont des chenilles, des papillons, des peuples en migration dans les jambes et dans le ventre. Un matin, Élie, la femme marin, décide de partir sur un bateau ; Emma se prépare à mettre un oreiller sur le visage de ses fils ; Thomas se met à manger les oies de Louise : Louise passe ses nuits au milieu du lac, à hurler comme un loup. Ils font tout ça par ennui, pour provoquer quelqu'un ou te temps, pour lancer un appel, par besoin urgent que quelque chose se passe, enfin. C'est aussi et surtout une envie folle de bousculer les choses, de ne pas avoir peur de se tromper ou de s'égratigner et de ne pas se complaire dans un confort qui parfois nous prend à la gorge et nous donne la terrible sensation de passer à côté.

  • Ce florilège des textes parus sur la question du français de la Conquête à aujourd'hui présente la situation de notre langue en terre d'Amérique telle que nous la vivons et que l'ont vécu nos ancêtres. Contributions d'auteurs anciens et modernes. Texte général de Gilles Pellerin.

  • Ce roman met en scène la banlieue qui est l'image même de la cohérence avec ses bungalows, ses pelouses rasées de près, ses arbres émondés, ses cabanons, ses plates-bandes bien ordonnées. Derrière leurs haies bien taillées, les occupants s'épient, s'envient, se lient, se trompent. Bercés par les slogans publicitaires, ils attendent le bonheur promis.

  • Climat de gouaille et de plomb, car le naufrage menace. D'abord ce «glissement de terrain» qui vous arrache un homme, une maison, un quartier sans crier gare. Ici ou là, la terre s'effondre, signe visible de la gangrène qui travaille et pourrit tout un pays. En surface, les vivants vivent la déroute au jour le jour. Ça les mine, ça les anime aussi. Pas d'autre morale, pas d'autre lutte, pas d'autre foi, pas d'autre parole, quand ça vous crie au ventre, que d'échapper à l'étranglement. On veut partir, quitte à prendre le risque de voir mourir en soi la mémoire de ses origines. Les moins chanceux magouillent pour trouver une faille dans le système et pour mettre les bouts. Les vieux restent au pays comme les déchets d'une société en perdition. Une maladie qui n'épargne personne. La peste que cet appel vers tous les possibles. Et pendant ce temps, la terre, la terre jamais rassasiée, la terre haïe, que nul n'habite plus sinon contre son gré, avale ses enfants...

  • TROIS regroupe la trilogie sur la migration et l'identité amorcée par le monologue autobiographique UN, dans lequel Mani Soleymanlou tente de nommer ce qui le définit comme Iranien. Dans DEUX, rejoint par son complice Manu, Mani cherche, comme dans un écho, ce qui a bien pu lui échapper dans sa quête identitaire. Celle-ci culmine dans TROIS, une oeuvre chorale mettant en scène quarante-trois artistes montréalais qui évoquent le sujet sensible de leurs origines et de leur identité.
    Avec une pointe d'humour et d'autodérision, TROIS entraîne le propos singulier vers la pluralité, souvent paradoxale, qui forme le Québec d'aujourd'hui

  • Carl et Steven en arrachent ; pères à temps partiel, fils ou amoureux décevants, ils peinent à garder la tête hors de l'eau et à préserver un semblant de dignité. Pour survivre, ils feront des petits boulots pour Mario Vaillancourt, le propriétaire des Galeries du Boulevard. Mais Vaillancourt ratisse large et il ne donne pas seulement dans le commerce licite. Il exploite aussi des « sides lines » pour lesquels le recrutement se fait à la pièce. Idéalement auprès des plus vulnérables.
    On retrouve dans Pour réussir un poulet les personnages qui jalonnent l'univers de Fabien Cloutier. Des êtres dépassés qui, en tentant d'améliorer leur sort, ne peuvent faire autrement que de glisser dans le vortex de la déchéance. Si Fabien Cloutier réussit à nous faire rire, c'est pour mieux nous rappeler que les choses vont mal. De plus en plus mal.

  • « La marche » rassemble quelques fragments de la vie d'une femme, ses passions, ses désirs et ses désillusions.
    Suzanne Lantagne nous propose des rencontres très intimes - écrites au je - où l'impudeur s'exprime librement. Souvent abrupt, le ton est en prise directe sur la réalité. Les nouvelles de « La marche » possèdent la texture des textes à dire car Suzanne Lantagne entretient des liens profonds avec le théâtre.

  • Quand son mari disparaît, attiré comme beaucoup de ses concitoyens par une ville lointaine et mystérieuse, Odette Désabrais décide de se lancer à sa recherche, dans l'espoir de le ramener, certes, mais surtout de comprendre ce qui faisait défaut à leur vie. En compagnie de ceux que des proches ont pareillement quittés, elle monte sa propre expédition, une entreprise semée d'embûches qui la fera douter de tout, y compris d'elle-même.
    De l'Antiquité à la Beat Generation, l'ouest a toujours exercé une formidable attraction. Au fantasme occidental lisible d'Atlantide en El Dorado, Maurice Henrie superpose les marques de l'américanité, forêt, grande plaine, train et voiture, créant un univers où l'horizon semble se défiler et le temps se rebiffer contre le progrès que l'on voudrait voir en lui.

  • Un poète qui se présente sous le nom d'Autrement, relate sa vie placée sous la protection tutélaire de Beaudelaire. À travers ses amours avec Maya, Mme Sabatier et Musie, le jeune homme progresse dans un univers glauque ; muse ou amante, chacune de ces femmes marque une étape décisive dans le cheminement artistique d'Autrement : de poète raté il devient diseur public et finalement danseur.

  • 1608 - sur les traces de Jacques Cartier, Samuel de Champlain fonde « à l'endroit où le fleuve se resserre » la ville de Québec .
    2008 - la ville de Québec célèbre son quatre centième anniversaire, placé sous le signe de « la rencontre ».
    Déclinant ce thème à sa façon, Amérique, Amériques ! regroupe :
    - des extraits d'ouvrages des XVIe et XVIIe siècles relatant la découverte des populations amérindiennes par les Européens : VERRAZANO, CARTIER, MONTAIGNE, CHAMPLAIN, LESCARBOT, SAGARD, LEJEUNE, BRÉBEUF, LAHONTAN - des textes inédits de poètes et d'écrivains d'expression française vivant en Amérique du Nord :
    CLAUDE BEAUSOLEIL - JEAN CHARLEBOIS - ISABELLE COURTEAU - JEAN-MARC DALPÉ - CAROLE DAVID - RICHARD DESGAGNÉ - JEAN-MARC DESGENT - HÉLÈNE DORION - ÉRIC DUPONT - RENÉE GAGNON - DAVID HOMEL - D. KIMM - CATHERINE LALONDE - SERGE LAMOTHE - MYLÈNE LAUZON - GENEVIÈVE LETARTE - LARRY TREMBLAY - YOLANDE VILLEMAIRE, auxquels s'est joint, lors de sa résidence à Montréal, le poète français PATRICK DUBOST.
    Amérique, Amériques ! : au bonheur de « faire trempette » dans la langue de Montaigne et de Malherbe, ajouter le plaisir de lire des auteurs d'aujourd'hui désireux « d'enrichir le français d'une partition américaine ».
    Des textes de synthèse signés Gilles Pellerin et François Dumont accompagnent les textes de même que des références biobibliographiques.

  • Actes du colloque international « Les transgressions verbi-voco-visuelles » Faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines, Université d'Orléans 21 et 22 juin 2007.
    Directeurs de publication : Héliane Ventura (Université d'Orléans) et Philippe Mottet (Collège François-Xavier-Garneau).
    Contributeurs : Liliane Louvel (Université de Poitiers), Emilia Ndiaye (Université d'Orléans), Kamila Benayada (Université d'Orléans), Frank Davey (University of Western Ontario), Philippe Mottet (Collège François-Xavier-Garneau), Héliane Ventura (Université d'Orléans), Yakuko Ôno-Descombes (Université d'Orléans), Marie-Pascale Huglo (Université de Montréal), Marc Décimo (Université d'Orléans), François Happe (Université d'Orléans), Sylvie Vignes (Université de Toulouse-le Mirail), Corinne Bigot (Université de Paris X-Nanterre), Roland Bourneuf (Québec), Rober Racine (Montréal), W. F. Garrett-Petts (Thompson Rivers University in Kamloops) et Donald Lawrence (Thompson Rivers University in Kamloops).

  • Médilhault, XXIe siècle. La Troisième Guerre Mondiale a bel et bien eu lieu, mais pas celle qu'on attendait. Les riches l'ont gagnée, la classe moyenne a été annihilée en raison du ferment de contestation qu'elle porte en elle. Dans cet univers sur écran, l'écriture, comme acte individuel et privé, n'existe plus, personne ou presque n'en connaissant la pratique manuelle. Nous entrons dans un nouveau Moyen Âge. Connue par son oeuvre de dramaturge, Anne Legault imagine les rites de ce monde neuf et ancien.

  • Trois soeurs forcées de se prostituer dans le Québec rural d'après la Deuxième Guerre mondiale voient dans le défilé de la Saint-Jean l'occasion de se venger du tort que leur cause la société bien-pensante de leur village. La pièce d'André Ricard est une peinture pleine d'humour et d'entrain sur la transformation des mentalités au moment où l'électrification rurale marque l'entrée des petites communautés dans un monde nouveau, moderne.

  • Les nouvelles de cette anthologie témoignent de la richesse et de la vitalité de la littérature grecque contemporaine. Après maintes crises politiques, sociales et économiques, la modernisation de la Grèce s'est accélérée depuis 1975. Nourris d'influences littéraires européennes et nord-américaines, marqués par le réalisme magique latino-américain, les écrivains grecs dépeignent la réalité au plus près, mais tâchent de préserver leur fascination pour l'enfance, la beauté et le rêve, contrepoids nécessaire à la violence et à la mort. Un courant prédomine, celui de la parodie et de la comédie noire dans lesquelles le héros grec est dépouillé de toute idéalisation sous les coups répétés de l'ironie et du sarcasme. Dans une veine néoréaliste, les auteurs excellent à scruter la classe moyenne et la petite bourgeoisie, appréhendées dans l'intimité du quotidien sous une diversité de styles et de formes caractéristiques du postmoderne. On ira de surprises en découvertes avec cette mosaïque de trente-quatre morceaux choisis inédits en français.

  • Dans cette suite d'essai, l'auteur Belge flamand Luc Devoldere, se livre à un parcours intellectuel qui couvre une période s'étendant de l'Antiquité à aujourd'hui. Tantôt, c'est la dimension philosophique qui retient son attention tantôt, il aborde la littérature à partir des outils classiques que sont la rhétorique, la poétique et la stylistique. Chaque chapitre répond, et parfois explicitement, à la question suggérée par le titre : sommes-nous menacés de retourner à la barbarie ? la civilisation occidentale vacille-t-elle sur ses bases ? Il ressuscite de grandes figures comme Ératosthène, Quintilien et Érasme, utiles à la compréhension du monde tel que nous le connaissons, tel que ces grands esprits nous l'ont légué : un monde fondé sur le désir de le pénétrer.

  • Un traducteur, enfermé chez lui, en proie au doute et à la méfiance pour tous ceux qui approchent sa maison (du livreur jusqu'à sa propre femme), voudrait devenir écrivain : ainsi il pourrait inventer sa propre vie. Il ne se rend pas compte, se croyant dépossédé de toute imagination, qu'il est en train justement de s'inventer une vie sur le mode de l'énigme policière.

empty