• « Depuis 40 ans... » : la formule fait florès depuis décembre 2018 et le mouvement des Gilets jaunes, jusqu'au président de la République Emmanuel Macron évoquant « quarante années de malaise qui resurgissent ». Le dérapage de la France est connu : désindustrialisation, envol d'un chômage de masse, explosion des déficits, des charges fiscales et sociales, un tournant symbolisé par un budget public toujours déficitaire depuis 1974, quand survient le premier choc pétrolier. Un tournant majeur a en effet eu lieu durant cette année charnière et celles qui l'ont suivie avec l'essoufflement de la croissance dans le monde occidental et, de façon inverse, l'entrée de plusieurs pays du « Tiers-Monde » dans un processus d'émergence et d'industrialisation accéléré. Déficit structurel des échanges, manque de compétitivité de l'industrie nationale... la France est l'un des pays qui se sont adaptés le plus mal à cette nouvelle donne mondiale. Une faiblesse structurelle qui, au-delà du rattrapage des Trente Glorieuses (et de ses illusions) remonte à 1945 et au poids de l'État-providence placé essentiellement sur les entreprises. Au fil des décennies, aucun gouvernement français de droite ou de gauche ne remettra en cause un système soumettant les producteurs nationaux à une véritable taxe douanière à l'envers. Ce handicap est devenu chronique quand la Communauté économique européenne s'est plongée, à partir des années 1970, dans l'océan du libre-échange mondial. Écrit par deux historiens réputés de l'économie et des entreprises, Le Virage manqué dresse le constat clinique du décrochage de la France au cours de la décennie 1974-1984 en analysant ses causes structurelles et son déroulement, sans oublier la responsabilité des gouvernements et des élites nationales choisissant - le gouvernement de Raymond Barre excepté - de faire peser sur l'industrie plutôt que sur les ménages le poids de la contrainte extérieure grandissante de l'économie ouverte et de la mondialisation qui va s'étendre à l'ensemble du globe dans les années 1980-1990.

  • Quarante ans plus tard, le roman de Blaise Ndala revisite le « combat du siècle » entre Mohamed Ali et George Foreman en 1974 au Zaïre. Plus qu'un récit sur la boxe, c'est l'histoire de l'Afrique au lendemain de la décolonisation. Dans un style vif et incisif, l'auteur nous montre l'envers du décor d'un combat mémorable.La musique, la poésie et la magie servent à nous faire découvrir les Africains sous un jour étourdissant. Ils sont drôles, élégants, pugnaces. Tout y est : les relations campagne-ville, la dictature, la folie des grandeurs, les classes sociales, les croyances diverses, ce qui donne un caractère universel à l'oeuvre.

  • Belfast, 1974, une maison des quartiers ouvriers, entre catholiques et protestants.
    Malgré la présence du contexte politique de la guerre civile, le sujet de la pièce nous engage de façon poétique et espiègle sur la voie du renouveau et du changement.

  • Le 6 avril 1974, ABBA remporte le concours Eurovision de la Chanson avec Waterloo. Un tremplin qui va propulser les quatre Suédois en tête de tous les hit-parades planétaires durant huit années consécutives. Le succès s'achève avec la séparation non officielle du groupe, en 1982, mais le culte est en marche...
    Quarante ans plus tard, ABBA est devenu un véritable phénomène musical. Le cinéma leur a rendu hommage avec plusieurs films, les plus grands artistes avouent s'en inspirer, de nombreux groupes font revivre l'ambiance de leurs concerts aux quatre coins du monde, la comédie musicale Mamma Mia! se joue à guichets fermés partout où elle se produit et, cerise sur le gâteau, le Musée ABBA a ouvert ses portes à Stockholm en mai 2013.

    Avec ABBA. Les coulisses du succès, Jean-Marie Potiez retrace l'incroyable carrière de ces quatre Suédois avant, pendant et après la folie des années 1970. Cette biographie ne relate pas seulement l'histoire d'un groupe, elle dresse également un portrait complet et inédit de chacun de ses membres : Agnetha, Bjrn, Benny et Anni-Frid (Frida).

  • Dans ce livre, Valéry Giscard d'Estaing, loin des polémiques et des partis, tire de son expérience et de ses réflexions des propositions pour le futur de la France.
    "Je retrouve aujourd'hui la vie et les activités quotidiennes comme si je ne les avais pas quittées, et avec elles le grand courant porteur qui traverse les saisons, les plantes, les animaux, les êtres, et, tout au bout, moi-même...
    Mon espoir est que l'opinion française choisisse d'entrer dans son histoire future, lorsque la parenthèse actuelle sera refermée, à partir d'une vision située dans son avenir, et non à partir de ses affrontements ou de ses frustrations du présent. C'est l'objet de ce livre : concevoir un un dessein national conciliant la générosité et l'efficacité et répondant aux aspirations de deux Français sur trois.
    Je veux servir la cause d'une France libérale et réconciliée."

empty