• 2089, dans une société hyper technologique, tous les habitants de la planète sont reliés au réseau de surveillance de leur zone gouvernementale. Les territoires Inuits, pourtant, ne suivent pas la règle commune ; là, pas de surveillance, une certaine liberté et de grands espaces sauvages où l'on peut retrouver la nature et des gestes ataviques. Les gouvernements planétaires tentent désespérément de trouver une parade à cette indépendance qui a, semble-t-il, fort à voir avec les narvals, et leur sonar si particulier. La jeune chercheuse inuit Kisimiippunga vient de terminer le rite ancestral de la Première Chasse. Alors qu'elle est seule au milieu de nulle part, elle voit surgir un traîneau sur lequel elle découvre un Européen blessé. Qui est-il et que vient-il faire ici ?
    " À la fois roman d'anticipation et thriller, C'est l'Inuit qui gardera le souvenir du Blanc est une proposition de réflexion brillante et intelligente sur des thèmes aussi brûlants que la politique et ses dérives, l'écologie. On frémit tant ce futur nous semble possible. "
    Ricochet

  • La fascinante aventure d'une femme au courage et à la ténacité hors du commun, reconnue tardivement comme " héroïne de l'Arctique ". Avec une préface d'Isabelle Autissier.
    En 1923, l'explorateur canadien Vilhjalmur Stefansson envoie quatre jeunes hommes en Arctique. L'objectif : coloniser Wrangel, une île désolée, aux confins de l'Amérique et de la Russie.
    Pour compléter l'équipe, il embauche une Inuite de vingt-trois ans, mère célibataire d'un enfant malade, qui voit là l'unique moyen de soigner correctement son fils. Ada Blackjack aura pour rôle de cuisiner et de rav-auder les vêtements ainsi que le matériel des explorateurs - rôle essentiel dans ces contrées glaciales.
    Mais une fois sur l'île, la situation vire au cauchemar : la nourriture manque et le froid se fait plus assassin que jamais. Les plus confiants se mettent à douter, les plus vigoureux s'affaiblissent. Bientôt, ils se retrouvent à deux. Puis la jeune femme Ada sera seule. Abandonnée. Comment va-t-elle pou-voir survivre dans un environnement aussi hostile ?
    La vérité, enfin, sur le destin d'une extraordinaire Robinson Crusoé au féminin, qui inspira nombre d'aventuriers, dont Isabelle Autissier, dont le bateau porte le nom.

  • Cette anthologie est une plongée dans la culture et dans l'imaginaire des Premières Nations, des Métis et des Inuits.

    C'est aussi l'esquisse d'une pensée autochtone par les Autochtones. Pour un vivre-ensemble, pour échanger et établir la relation, commençons par découvrir la profondeur de ces histoires et de ces univers.

    Anthologie dirigée par Marie-Hélène Jeannotte, Jonathan Lamy et Isabelle St-Amand
    Traduction de Jean-Pierre Pelletier
    Préface de Louis-Karl Picard-Sioui

    Résumé
    Cette anthologie rassemble des points de vue d'écrivain.e.s et des textes théoriques. À la fois personnels et engagés, ces écrits montrent la richesse et la fécondité de la
    pensée autochtone. En plus de fournir des clefs pour la lecture et l'enseignement des
    littératures des Premières Nations, des Métis et des Inuits, ce livre permet de mieux comprendre les enjeux liés à leurs territoires, leurs cultures et leurs imaginaires. Ces voix invitent à penser le monde à partir des histoires qui nous fondent.

    Extrait de la préface de Louis-Karl Picard-Sioui
    « S'il y a une chose dont je suis certain, c'est que ce livre est un incontournable pour toute personne - autochtone ou allochtone - voulant se lancer dans l'étude des littératures autochtones... Ces pages sont riches en expériences concrètes, en théories
    et réflexions éthiques, critiques et philosophiques, et en précieux conseils pour tout chercheur s'approchant, trop souvent de façon bien naïve, de ce champ miné. À leur façon, ces textes racontent aussi des histoires. Des histoires d'humains qui, au creux de la nuit, tirent à bout portant des mots-flèches contre le grand mensonge colonial. Des histoires nous invitant à désapprendre pour mieux savoir. »

    Auteur.e.s
    Jeannette Armstrong, Thomas King, Lee Maracle, Gerald Vizenor, Drew Hayden Taylor, Sherman Alexie, Neal McLeod, Daniel Heath Justice, Renate Eigenbrod, Sam McKegney, Tomson Highway, Jo-Ann Episkenew, Emma LaRocque, Keavy Martin et Warren Cariou.

  • On a perdu le Groenland. Colonisé par les vikings d'Éric le Rouge puis rattaché au royaume du Danemark, il disparut pourtant corps et âme des annales du monde occidental. Mais il ne fut pas oublié. À la fin du XVIe siècle, on tenta l'aventure, on partit le chercher. Ce qu'il en coûta, on le découvrira ici. Car Isaac de Lapeyrère, homme de lettres et aventurier de passage à Copenhague au milieu du XVIIe siècle, rencontra dans un cabinet de curiosités les reliefs de ce monde perdu : anciens manuscrits, récits de voyages, ossements de créatures étranges, vêtements de peaux... Il se lança aussitôt dans la rédaction de sa Relation du Groenland. Cette vaste chronique ne se limite pourtant pas à l'histoire des explorations du « Pays vert » et des rencontres - souvent tragiques - avec ses autochtones. C'est aussi un exercice d'étonnement devant les splendeurs et les énigmes de ces contrées aujourd'hui en train de sombrer - peut-être à jamais.

  • Semences

    Jean-Marc Ligny

    Sur Terre, le climat a radicalement changé suite à l'emballement climatique des trois derniers siècles et les conditions de vie n'ont plus grand-chose à voir avec celles que nous connaissons. Denn et Nao quittent leur tribu cavernicole pour rejoindre un « paradis terrestre » aperçu sur un foulard en soie peinte, légué par un « démon des Â

  • Mektoub

    Serge Lamothe

    • Alto
    • 27 Septembre 2016

    Mektoub! C'était écrit!

    Cette expression, qui évoque la fatalité, résume à elle seule un éternel débat : notre destinée échappe-t-elle à notre volonté ou disposons-nous d'un libre arbitre qui nous permet de l'infléchir?

    Le 31 juillet 1976, à Montréal, le dernier accident d'une série de sept va déterminer le destin d'un homme et d'une femme qui, toute leur vie durant, tenteront de donner un sens à cet événement.

    Avec la verve qu'on lui connaît, Serge Lamothe (Tarquimpol, Les enfants lumière) se joue des frontières du vraisemblable afin d'éclairer notre humanité et nous entraîne dans la quête émouvante de deux êtres qui se savent destinés l'un à l'autre.

  • Chasseur, pêcheur, trappeur et homme politique, Taamusi Qumaq (1914-1993) est considéré comme l'un des grands penseurs des Inuit du Nunavik. Bien qu'unilingue en inuktitut, ce « personnage exceptionnel », comme le présente ici Louis-Jacques Dorais, a consacré sa vie à consigner, à l'écrit, la vie des siens ainsi que leur langue - et il s'est à ce titre mérité la reconnaissance de plusieurs institutions, dont celle de l'Assemblée nationale du Québec. Son autobiographie, dont on retrouvera ici la traduction en français, ainsi que pour la première fois sous forme de livre le texte original en inuktitut, constitue un document de grande importance, tant pour les Inuit qui trouveront en lui un modèle, que pour les lecteurs du monde entier qui accèdent par ses mots à un univers culturel fascinant.

    Avec une introduction de Louis-Jacques Dorais, professeur à l'Université Laval. Ce livre est publié en collaboration avec l'Institut culturel Avataq.

  • Zoé, une adolescente, à la fois métisse et franco-ontarienne, est mal dans sa peau. Pour affronter ses démons et vaincre la culpabilité qui la tenaille, elle s'enfuit et se réfugie chez son cousin, Christophe, à Churchill au nord du Manitoba. Dans cet environnement glacial aux paysages envoûtants et à la nature sauvage peuplée d'ours polaires, elle va à la découverte d'elle-même. Accompagnée de son ami Ludo, un jeune Belge qui séjourne lui aussi là-bas, elle s'imprégnera de la riche histoire de Churchill et de celle de Thanadelthur, cette jeune héroïne du 18e siècle qui a risqué sa vie pour négocier la paix entre Dénés et Cris.
    Micheline Marchand aborde ici, avec finesse, le sujet délicat de l'automutilation dans une histoire touchante où l'amitié, la résilience et la solidarité des habitants du Nord canadien mènent une jeune fille à l'acceptation d'elle-même.

  • Le plus grand fléau de tous les temps a tué un milliard de personnes. L'Humanité, pour la première fois de son histoire une et indivisible, s'en est sortie. En quête de réponses sur les mécanismes du mal, les autorités, conseillées par les scientifiques, décidèrent de la création de camps spéciaux où serait internée la lie de l'espèce humaine, quelques millions de Hyde étiquetés, pucés, étudiés par une élite de docteurs Jekyll.
    Au nombre de trois, ces zoulags - contraction de zombies et goulags - ont été construits en zone arctique : en Finlande, en Sibérie et au Nunavut.
    Ils ne tardent pas à faire l'objet de trafics, car ces monstrueuses créatures pourraient bien être la source d'un juteux business...

  • Chasseur, cueilleur, parent : l'art oublié des cultures ancestrales : comment élever de petits êtres humains heureux et équilibrés Nouv.

    Dans Chasseur, cueilleur, parent, Michaeleen Doucleff part avec sa fille de 3 ans apprendre et pratiquer les méthodes éducatives de familles dans trois des plus vénérables communautés du monde : les Mayas au Mexique, les Inuits au-dessus du cercle arctique et les Hadzas en Tanzanie. Elle ne se contente pas de vivre avec ces familles et d'observer leurs méthodes, elle les met aussi en pratique avec sa propre fille, avec des résultats saisissants. Elle apprend la discipline sans crier.
    À partir de ses discussions avec des psychologues, des neuroscientifiques, des anthropologues et des sociologues, elle nous explique comment ces méthodes peuvent avoir des répercussions sur le développement et la santé mentale des enfants.

    Bourré de conseils pratiques que les parents peuvent mettre en oeuvre immédiatement, Chasseur, Cueilleur, Parent nous aide à repenser notre relation avec nos enfants et révèle un paradigme parental universel, adapté pour les familles occidentales.


    Michaeleen Doucleff est correspondante pour la branche Sciences de NPR, radio de service public aux États-Unis. En 2015, elle est membre de l'équipe lauréate d'un Peabody Award pour sa couverture de l'épidémie du virus Ebola en Afrique de l'Ouest. Avant de rejoindre NPR, Doucleff était rédactrice en chef de la revue Celle, où elle écrivait des articles sur la science dans la pop culture. Elle est titulaire d'un doctorat en chimie de l'université de Californie à Berkeley et d'une maîtrise en viticulture et en oenologie de l'université de Californie à Davis. Elle vit à San Francisco avec son mari et sa fille.

  • Aidés par des Inuits, Debbie, Bekhor et Félix entreprennent un voyage périlleux pour rejoindre le Canada en suivant une ancienne route viking. Leurs nouvelles découvertes en chemin les mènent de surprises en surprises, mais ceux qui les traquent sont prêts à tout pour les intercepter.
    Diplômé d'un doctorat en Sciences de la religion de l'Université de Montréal, Alain Ruiz est auteur de plusieurs romans vendus à plus de 120 000 exemplaires, dont la série Ian Flibus qui a connu un vif succès au Québec et Les chroniques de Braven Oc également adaptées en BD.

  • L'île la plus au nord de l'Arctique. Le théâtre d'une tragédie humaine. Au cours des années 1950, le gouvernement canadien y a sauvagement déporté une centaine d'Inuits pour assurer la souveraineté territoriale du pays.
    Bien plus tard, mon frère Jess - sombre héros de mon histoire et de celle de ma soeur - s'y est réfugié pour échapper aux conséquences de ses crimes.
    Le malheur des uns fait parfois le bonheur des autres... Je suis artiste. Peindre l'horreur d'Ellesmere, l'hostile terre des sacrifiés, m'a propulsé sur la scène du monde... Je suis connu, encensé. Mais personne ne connaît mon histoire. Ni celle de mon frère, ni celle de ma soeur. Aurais-je quelque secret à livrer maintenant que ce goulag de glace a englouti ceux que cachait ma famille? Ellesmere est mon aveu.

  • Chasseur, pêcheur, trappeur et homme politique, Taamusi Qumaq (1914-1993) est considéré comme l'un des grands penseurs des Inuit du Nunavik.
    Bien qu'unilingue en inuktitut, ce "personnage exceptionnel", comme le présente ici Louis-Jacques Dorais, a consacré sa vie à consigner, à l'écrit, la vie des siens ainsi que leur langue - et il s'est à ce titre mérité la reconnaissance de plusieurs institutions, dont celte de l'Assemblée nationale du Québec. Né dans un camp de chasse aux environs d'Inukjuak sur la côte orientale de la baie d'Hudson, Taamusi Qumaq porte sur te monde qui l'entoure un regard personnel et réfléchi, qui enregistre tes grands changements du 20e siècle.
    Du tournage du film mondialement connu de Robert Flaherty. Nonook of the North, aux échos de la Deuxième Guerre mondiale, à la montée du souverainisme québécois - fait exceptionnel parmi les Inuit, il fera de René Lévesque un modèle politique - jusqu'aux signatures de premières ententes sur l'autonomie progressive du Nunavik. Qumaq assiste et participe à la transformation du monde inuit. Son autobiographie, dont on retrouvera ici la traduction en français, constitue un document de grande importance, tant pour les Inuit qui trouveront en lui un modèle, que pour les lecteurs du monde entier qui accèdent par ses mots à un univers culturel fascinant.

  • Je m'appelle Imarvaluk. Dans ma langue, l'inuktitut, cela veut dire le chant des vagues.
    J'aime mon nom, mais je n'aime plus la mer.
    Je me méfie d'elle depuis qu'un esprit mauvais l'a envoûtée. La mer est devenue un monstre qui dévore lentement l'île de Sarishef, où nous vivons depuis toujours. C'est une toute petite île près du cercle polaire, entre la Russie et l'Alaska. Dans quelques jours, notre maison sera déplacée au centre de l'île. Mais tôt ou tard, il faudra partir, lorsque la créature maléfique l'aura entièrement dévorée.
    Où irons-nous ?

  • Le présent ouvrage offre un regard critique sur les politiques autochtones du Canada qui nous permettra de constater les avancées politiques et sociales obtenues par les peuples autochtones depuis les dernières décennies, mais aussi les limites imposées par l’État canadien, qui constituent autant d’apories. Il y a ainsi une contradiction entre la reconnaissance du statut de «nation» et du droit à l’autonomie gouvernementale et la volonté du gouvernement fédéral et des provinces de baliser considérablement ce droit, ce qui laisse peu de marge de manœuvre à l’expression d’une souveraineté autochtone. Pour appréhender ces paradoxes, après une présentation de l’histoire des relations entre le Canada et les peuples autochtones et de l’état du droit autochtone, ce livre analyse les différentes politiques autochtones du Canada et des provinces ainsi que certaines expériences de mise en œuvre de l’autonomie politique. Finalement, une comparaison de ces politiques avec celles de trois pays de traditions coloniales et juridiques similaires, soit les États-Unis, la Nouvelle-Zélande et l’Australie, permet de les mettre en perspective.

    Cet ouvrage donnera aux lecteurs l’occasion de se familiariser davantage avec les politiques autochtones et de mieux comprendre l’évolution de la relation des Canadiens avec les peuples autochtones qui ont été leurs premiers alliés et partenaires et qui, après plus de 150 ans de politiques de soumission, essaient de renouveler ces anciennes alliances mais demeurent souvent méconnus, créant ainsi non pas deux, mais de multiples solitudes au sein du Canada.

    Thierry Rodon est professeur agrégé au Département de science politique de l’Université Laval et titulaire de la Chaire de recherche sur le développement durable du Nord. Il est également directeur du Centre interuniversitaire d’études et de recherche autochtones (CIÉRA), et il dirige MinErAL, un réseau international de recherche sur les relations entre les industries extractives et les communautés autochtones. Auteur de nombreuses publications sur les politiques autochtones, les traités et l’autonomie gouvernementale au Canada, il étudie les politiques autochtones et nordiques au Canada et dans le monde circumpolaire.

empty