• Louis Ménard (1822-1901) est un témoin visuel de la révolution de février et des journées de juin 1848, et de la période trouble qui les sépare, période qui résonne fortement avec l'époque actuelle. Républicain et démocrate pendant la monarchie de Juillet, le spectacle du massacre des ouvriers parisiens décide de son passage à ce qu'on appellerait aujourd'hui l'extrême gauche. Qu'un texte aussi remarquable ait eu une fortune aussi discrète, qu'il soit resté indisponible pendant des dizaines d'années est un symptôme : les journées de juin 1848 font partie du refoulé de l'historiographie française. Cette nouvelle publication de Prologue d'une révolution vient à point nommé pour rappeler ces quatre journées, l'une des plus formidables ruptures de l'histoire du XIXe siècle. Présentation de Filippo Benfante et Maurizio Gribaudi. Filippo Benfante est historien.De 2003 à 2007 il a dirigé, avec Piero Brunello, la collection d'inspiration libertaire "Il risveglio" pour les éditions Spartaco en Italie. Maurizio Gribaudi est directeur de recherche à l'EHESS, spécialiste de l'histoire sociale, de la microhistoire, grand connaisseur du Paris du XIXe siècle.

  • Lutèce

    Henri Heine





    Poète, conteur, romancier, essayiste, Henri Heine (1797-1856) fut aussi l'un des journalistes les plus percutants du premier XIXe siècle. Allemand de naissance et Français d'adoption, aristocrate par goût et démocrate par principe, romantique et voltairien, libéral et monarchiste, Heine réunit en lui tous les contrastes, à l'image de son temps sur lequel il pose un regard critique et désenchanté.
    Lutèce, publié en Allemagne en 1854 et en France l'année suivante, rassemble une sélection des 82 articles envoyés à La Gazette d'Augsbourg de 1840 à 1844, ils brossent un tableau vivant de Paris, capitale culturelle de l'Europe où l'auteur passa près de la moitié de sa vie. Ami des artistes les plus célèbres, familier des salles de concerts, des théâtres et des Salons de peinture, le critique d'art à la plume acérée se double d'un observateur avisé de la vie politique et sociale de la France et plus largement de l'Europe des années 1840.
    Médiateur intellectuel entre Français et Allemands, Heine porte un regard distancié sur une époque riche en bouleversements, entre avènement du capitalisme et montée des nationalismes, tensions sociales et menaces de conflits européens. Quand la France de la monarchie de Juillet semble s'enliser dans le conservatisme, Heine met l'accent sur l'effervescence républicaine et la question sociale. Il refuse de croire que l'ère des révolutions est terminée, en France comme en en Europe. Chantre de l'émancipation de l'humanité, il en appelle à l'insurrection autant qu'il la redoute et ses chroniques permettent de comprendre l'émergence du « Printemps des peuples » en 1848.


  • Guizot

    Laurent Theis

    Guizot politique, historien, diplomate, journaliste a marqué son siècle d'une empreinte encore visible sur nos institutions et notre système éducatif. Plusieurs fois ministre puis président du Conseil sous la monarchie de Juillet, cet homme, qui a vu de ses yeux la Terreur en 1794 et la Commune en 1871, a fasciné bon nombre de ses contemporains.
    Loin de l'image laissée par la tradition et les caricatures, Laurent Theis explore la philosophie politique de ce grand serviteur de l'État ; son idéal d'un gouvernement des esprits par la souveraineté de la raison ; sa religion, formée d'un attachement à l'Église réformée dépourvu de mysticisme ; sa conception de l'histoire fondée sur l'évolution de la civilisation européenne conduisant à l'avènement des classes moyennes et au système représentatif. Dans cet ouvrage réunissant une dizaine de textes, il le débusque dans ses affections familiales, ses interventions dans la presse, ses rapports souvent conflictuels avec ses éditeurs, ses relations cordiales avec les catholiques libéraux, son empathie pour l'Angleterre... Un Guizot inattendu dont la présence irrigue tout un siècle, de la fin de l'Ancien Régime au début de la IIIe République.

empty