• Quarante ans plus tard, le roman de Blaise Ndala revisite le « combat du siècle » entre Mohamed Ali et George Foreman en 1974 au Zaïre. Plus qu'un récit sur la boxe, c'est l'histoire de l'Afrique au lendemain de la décolonisation. Dans un style vif et incisif, l'auteur nous montre l'envers du décor d'un combat mémorable.La musique, la poésie et la magie servent à nous faire découvrir les Africains sous un jour étourdissant. Ils sont drôles, élégants, pugnaces. Tout y est : les relations campagne-ville, la dictature, la folie des grandeurs, les classes sociales, les croyances diverses, ce qui donne un caractère universel à l'oeuvre.

  • En ce début de XIXe se joue dans cette pointe septentrionale de l'Afrique une drôle de pièce. Ici, se mélangent les ultimes soubresauts de l'époque moderne, les derniers avatars des guerres Napoléoniennes et les débuts de ce qui occupera les nations européennes pendant plus d'un siècle, la colonisation de l'Afrique. C'est là que débarque en 1818, venu d'Angleterre, le jeune Henry Francis Fynn.


  • Les Editions Alexandrines s'intéressent à la vie et au quotidien des écrivains dans leur région d'origine ou d'appartenance. "Le Calvados des écrivains" , ouvrage collectif, permet de découvrir la Normandie maritime, de Honfleur à Colleville et Saint-Laurent sur Mer, en passant par Trouville, Deauville, Villers-sur-Mer et Cabourg, en suivant les pas d'une vingtaine d'auteurs : Baudelaire, Delarue-Mardrus, Alphonse Allais, Proust, Duras, Sagan, Grainville, Garcin... Ce guide littéraire nous entraîne aussi dans la Normandie intérieure, de Pont l'Evêque à Caen, Vire et Falaise en passant par La Roque-Baignard, Lisieux, Verson, Bayeux et Aunay-sur-Odon ; nous traversons le pays d'Auge en visitant les maisons et les lieux d'inspiration des grands auteurs passés et présents: Gide, Flaubert, Segrais, Malherbe, Gracq, Senghor, Robbe-Grillet, Arcisse de Caumont, Olivier Basselin, Wace.

    Cet ouvrage est dirigé par Marie-Odile Laîné, spécialiste de littérature normande.

  • "Farnoux est une figure passionnée, hussard ou voltigeur, c'est selon les événements. Mais il n'appartient à aucune caste, faction ou fratrie. Il refuse et déteste l'embrigadement ou, comme il dit, l'encartage. C'est sans doute pourquoi sa vie ressemble à un roman d'aventures." Nous voilà prévenus : "La traversée qui débute ne sera que résistance, tumulte et désobéissance."
    Résistant, déporté à Buchenwald puis sur la ligne Siegfried, s'évadant enfin et endossant alors l'uniforme de l'armée US... Pour l'ôter peu après et repartir en Afrique... Qui oserait parler d'un homme ordinaire ? Pourtant, Abel Farnoux se veut ainsi. Il demeure que celui qui fut le conseiller spécial d'Edith Cresson à Matignon a fréquenté le siècle de près. De Dakar au Maroc, du Maroc à l'Algérie, sans oublier l'Italie et les Etats-Unis, de l'industrie privée au ministère des Affaires européennes, il a été de nombreux combats. Des premières liaisons téléphoniques avec l'Afrique à la naissance de la télévision couleur en Europe, il fut un acteur privilégié, mais "ordinaire", tient-il encore à préciser, de l'industrie électronique. Et avec la même passion il milita contre la torture en Algérie, contribua à la construction de l'Europe, ou à l'ouverture des pays de l'Est.
    Son itinéraire exceptionnel, ses rencontres avec Teilhard de Chardin, Senghor, ses rendez-vous avec Mitterand, Chaban-Delmas, Andreotti..., il a accepté de les confier à Jean-Michel Riou qui a su écouter et nous faire revivre, avec un talent rare d'écrivain, l'histoire d'un homme de liberté.

empty