• Alexandre le Grand

    Maurice Druon

    Dans la lignée des Mémoires de Zeus, Alexandre le Grand fait partie des oeuvres les plus importantes de Maurice Druon.
    Il s'agit du récit détaillé du destin de cette figure historique majeure de la Grèce antique, qui a révolutionné son temps. Romancée par moments, l'oeuvre bénéficie d'un travail de recherche historique méticuleux (inspirée d'historiens comme Plutarque), marque de fabrique de Maurice Druon, membre de l'Académie française. Le roman est ainsi enrichi de plus de cinquante notes qui apportent des commentaires précieux sur le parcours d'Alexandre le Grand, n'ayant rien à envier aux héros mythiques des grandes épopées.

  • - 50%

    Les mémoires de Zeus

    Maurice Druon

    À ceux qui pensent que vivre pour un dieu est aisé, je dis : «Détrompez-vous.»Aux mortels qui croient que notre vie n´est que volupté et délices, je dis: «Apprenez de votre erreur.»Ayant échappé à l´infanticide, j´ai grandi seul, caché sur une île. Je suis devenu homme et guidé par ma grand-mère Gaïa, j´ai concocté un plan afin de renverser mon père, Cronos, maître de l´Olympe. Seul, j´ai appris la vie, l´amour, la mort et la colère. J´ai levé une armée, j´ai réveillé les géants, j´ai libéré mes frères et mes soeurs. J´ai accompli mon destin!Moi, zeus, roi des dieux, dieu des rois, je vais vous conter mon histoire...

  • En dehors de toute idée religieuse, divine ou morale, le sacré de Leiris se tapit dans les choses, les moments et les lieux qui lui inspirent à la fois désir et terreur. Il représente la part de l'illicite, qui trouve ses racines dans l'enfance, et qualifie la chambre parentale par exemple, ou bien le cabinet de toilette, où Leiris formait avec son frère une sorte de société secrète. C'est la quête du merveilleux, blotti dans la vie quotidienne de l'enfant, dans les recoins, espaces ou spectacles ritualisés qui exhalent ce sentiment du sacré. Telles les courses à l'hippodrome d'Auteuil, où le jockey fait aux yeux de l'enfant figure d'idole. Mais ce sentiment s'étend aussi aux mots, à tout ce que pouvaient inspirer à Leiris le prénom Rebecca par exemple ou encore l'exclamation "Baoukta !", cri de guerre de son frère quand ils jouaient aux Peaux-Rouges.Cette conférence invite à une exploration intérieure, à rechercher en soi ce que le profane a de plus sacré. L'on pourrait détourner André Breton, affirmant : "L'esprit qui plonge dans le surréalisme revit avec exaltation la meilleure part de son enfance." Le lecteur le comprendra à la lecture de ce bijou de poésie, tant ce texte a ceci de rare qu'il apparaît en tout point opérant, dans le sens où il nous invite à notre tour à sonder la part du sacré qui déterminait nos jeux, nos craintes et nos désirs d'enfants et qui garde, aujourd'hui encore, toute sa saveur.

  • « Elle l'attendait. Nue, dans la douce lueur du salon. Elle était à à genoux, la tête légèrement penchée, une lueur de désir dans les yeux. - Prends-moi, Drake. Fais-moi tienne. Ce soir, je veux être tout ce que tu veux. Juste pour toi. Rien que pour toi. » Afin de ne laisser aucune prise à ses ennemis, Drake ne s'est jamais attaché à personne. Il croyait être invulnérable jusqu'au jour où Evangeline est venue à bout de ses défenses pour se faire une place dans sa vie. Mais pour la protéger, Drake a commis l'impensable... Evangeline ignore tout des raisons qui ont poussé Drake à agir ainsi. Elle sait seulement qu'elle ne sera plus jamais la même. Elle est certes libérée de ses inhibitions, mais demeure inconsolable. Lorsque Drake la retrouve et lui révèle les secrets du monde dans lequel il évolue, il est prêt à tout pour obtenir son pardon... Mais peut-elle de nouveau faire confiance - et se soumettre - à l'homme qui l'a blessée ? « Maya Banks m'en a fait voir de toutes les couleurs ! Quand ça commence à chauffer, on a déjà le sang en ébullition. Vivement la suite ! » USA Today « Aussi divertissant que captivant, ce roman ne vous donnera qu'une envie : lire la suite. » Publishers Weekly « Tout livre de Maya Banks vaut la peine d'être lu. » Once Upon a Twilight « Assez chaud pour faire transpirer même la plus froide des lectrices ! » Fresh Fiction « Une auteure à lire absolument... Une histoire émouvante, des personnages attachants, et des rebondissements imprévisibles. » Romance Junkies « Un livre excellent qu'on dévore jusqu'à la dernière page. » The Road to Romance La nouvelle série de Maya Banks a de sérieux atouts : un héros d'une beauté irrésistible auquel les femmes ne refusent rien, et une héroïne belle et innocente qui ignore tout de l'érotisme. Un roman initiatique aussi émouvant qu'audacieux !

  • « Maya Banks m'en a fait voir de toutes les couleurs ! Quand ça commence à chauffer, on a déjà le sang en ébullition. Vivement la suite ! » USA Today Silas a été façonné par les blessures de son enfance qui ont fait de lui un homme intransigeant et parfois même dangereux. Il ne fait confiance à personne et s'impose une vie solitaire, convaincu qu'aucune femme ne pourra s'accommoder de son besoin de tout contrôler. Mais le jour où il croise une charmante violoniste dans son immeuble, sa vie bascule. Hayley a tout sacrifié pour exaucer la dernière volonté de son père : intégrer le prestigieux conservatoire de musique de New York. Mais même en multipliant les petits boulots, les loyers new-yorkais ne sont pas à sa portée. Alors qu'elle est sur le point de céder au découragement, Silas décide de la prendre sous son aile. Il est séduit par sa beauté autant que par sa sensibilité, mais pour rien au monde il ne doit succomber à la tentation... « Aussi divertissant que captivant, ce roman ne vous donnera qu'une envie : lire la suite. » Publishers Weekly « Tout livre de Maya Banks vaut la peine d'être lu. » Once Upon a Twilight « Assez chaud pour faire transpirer même la plus froide des lectrices ! » Fresh Fiction « Une auteure à lire absolument... Une histoire émouvante, des personnages attachants, et des rebondissements imprévisibles. » Romance Junkies « Un livre excellent qu'on dévore jusqu'à la dernière page. » The Road to Romance

  • La nouvelle série de Maya Banks vous fera vibrer d'émotion ! « Aucun autre homme n'aura ce que tu me donnes, aucun autre homme ne sera capable de te donner ce que je te donne. Tu es mienne, et avant la fin de la nuit, tu sauras qui te possède, corps et âme. » Et si le vice et la vertu étaient faits pour s'entendre ? C'est ce que Drake voudrait croire lorsqu'il rencontre Evangeline. Cet homme séduisant est le propriétaire d'un club branché de New York. Un club dans lequel les gens viennent pour danser, et plus si affinités. Un club dans lequel Evangeline n'aurait jamais dû mettre les pieds. Même si son instinct lui dicte de fuir, la jeune femme ne peut rien contre l'attirance qu'elle éprouve pour Drake. « Maya Banks m'en a fait voir de toutes les couleurs ! Quand ça commence à chauffer, on a déjà le sang en ébullition. Vivement la suite ! » USA Today « Aussi divertissant que captivant, ce roman ne vous donnera qu'une envie : lire la suite. » Publishers Weekly « Si vous n'avez pas encore découvert cette série, foncez ! Elle est absolument géniale. » Jaci Burton « Un incontournable pour les fans de Christine Feehan et Lora Leigh. » Fresh Fiction La nouvelle série de Maya Banks a de sérieux atouts : un héros d'une beauté irrésistible auquel les femmes ne refusent rien, et une héroïne belle et innocente qui ignore tout de l'érotisme. Un roman initiatique aussi émouvant qu'audacieux ! Les ouvrages de Maya Banks figurent régulièrement sur les listes des best-sellers du New York Times et de USA Today, aussi bien en romance érotique, contemporaine et suspense qu'en romance historique. Maya vit au Texas avec son mari et ses trois enfants, des chats et un chien. C'est une lectrice de romance passionnée, qui adore partager ses coups de coeur avec ses fans sur les réseaux sociaux.

  • Sache que je meurs sans plus de foi qu'un tout petit enfant qui virendrait de naître.

  • Le diagnostic de l'expert français des marques Au moment où chacun s'interroge sur la Marque France, sur notre industrie, sur nos marques, sur les délocalisations, il est important d'analyser les causes profondes de cette situation. Un certain management des marques n'a-t-il pas vécu ? En tous cas il n'a pas empêché l'ascension des marques de distributeur. Mais, en même temps, la marque se diffuse dans toutes les sphères de notre vie publique comme privée. On peut parler de "tout-marque". Contradiction ? Ou bien est-ce la notion même de marque qui a changé ? Il faut alors revoir toutes nos méthodes, nos visions.

    Fort de son expérience de consultant dans tous les secteurs de notre économie et de sa vision mondiale, l'auteur apporte une analyse sans concession sur la situation présente et ses causes. S'appuyant sur de nombreux exemples, il propose des voies et des méthodes nouvelles pour construire des marques plus fortes. En premier lieu pour la Marque France.

  • En mars 1966, une histoire de moeurs et d'espionnage ébranle la Chambre des communes. Quelques années plus tôt, certains anciens ministres conservateurs du gouvernement Diefenbaker auraient fréquenté une certaine Gerda Munsinger, une femme réputée facile. Madame Munsinger est venue s'installer au Canada la décennie précédente. Peu instruite, mais fort séduisante, elle fait rapidement de nombreuses conquêtes et commence plus ou moins à vivre de ses charmes en attendant le grand amour.

    Trois ans après l'arrivée de Gerda Munsinger, le colonel Pierre Sévigny est nommé ministre associé à la Défense. Sa route croisera celle de Munsinger et le destin fera naître entre eux une aventure suivie d'une liaison amicale. Toutefois, Sévigny sera soupçonné d'avoir livré des secrets militaires à la belle Allemande, qui n'aurait apparemment eu aucun scrupule à les dévoiler. C'est ainsi que l'ex-ministre est montré du doigt par les libéraux pour la situation délicate dans laquelle il s'est placé en gardant contact avec cette femme. Encore aujourd'hui, l'Affaire Munsinger constitue le plus important scandale sexuel qui ait ébranlé le Canada.

    Le livre nous fait voir jusqu'où certains politiciens ou conseillers politiques sont prêts à aller pour garder ou reprendre le pouvoir. Également, cette enquête nous permet de constater que les enveloppes brunes, les caisses occultes, les accusations gratuites, les prête-noms et les pots-de-vin n'ont pas été inventés par les « héros » de la commission Charbonneau.

    Paru une première fois aux Éditions JCL en 1993 sous le titre Les Déshonorables, cette enquête journalistique de Gilles-Philippe Delorme et de Danielle Roy, qui se lit comme un véritable thriller, est rééditée en 2014 sous le titre L'Affaire Gerda Munsinger.


  • À Saulnières, petit village de la campagne drouaise, l'Histoire avance indifférente aux malheurs et au désespoir des uns et des autres. La guerre est là, dans toute sa démesure. La France est occupée. Chacun va devoir choisir : résister ou attendre avec plus ou moins de passivité la suite des événements. Dès l'été 1940, Hubert Franquin s'enrôle au côté du général de Gaulle, tandis que Joseph reste fidèle à son engagement communiste. À chacun son combat.
    Pourtant, l'amitié qui les lie depuis l'enfance n'en est pas altérée, le tourbillon de la guerre et l'âpreté des luttes politiques n'entament pas leur vieille complicité. Dans la paix comme dans la guerre, les riches Franquin et les modestes Callac n'en finissent jamais d'entrelacer leurs destinées. Malgré l'humiliation et la tristesse des années noires on continue de s'aimer, de se haïr ou de se désirer. Un nouveau monde se reconstruit sur les ruines de celui qui s'est effondré dans la défaite. La Libération engendre bien des promesses : toutes ne seront pas tenues. D'autres tempêtes se lèvent qu'il faudra traverser. Chacun devra trouver sa place dans ce nouvel après-guerre... Ainsi va l'Histoire !
    Depuis « Dernières nouvelles du monde », le premier volume de la saga « Le pays où vont mourir les rêves », Olivier Cojan n'a cessé de raconter l'Histoire du XXe siècle. Par la fiction et le romanesque, « Ainsi finit la nuit » dépeint l'enchainement des tragédies et des horreurs qui ont marqué le temps de la guerre et de l'Occupation.

  • La littérature a fait de la jalousie un de ses paysages privilégiés. Or, les oeuvres lues ici obligent à sortir des sentiers battus : s'y crayonnent des territoires étranges où, infaillible, l'intelligence ouvre à sang la vanité humaine. Tous ces écrivains - Madame de La Fayette, Bataille, Leiris, Michon, Quignard - sont rejetons modernes de la Déception courtoise : ils savent tout du désir qui trahit, manque son objet à l'instant où il croit le saisir. Aussi se hâtent-ils de jeter sur l'amour l'ombre qui le fera mourir. La jalousie est l'oeil d'excès propre à leur écriture: il aveugle l'infini du désir, irradie ce chagrin de la limite, qui, versé à cette illimitation qu'est la Littérature, donne à la vie son air de légende, à la création, son prestige.

empty