Université du Québec à Montréal

  • L'édition automnale de Voix et Images se consacre à la place des régions dans la littérature québécoise et à son renouveau durant les dernières années. Ce dossier délaisse l'héritage parfois lourd et poussiéreux de la littérature du terroir « en rassemblant des analyses critiques d'oeuvres récentes [...] [et] ambitionne de montrer comment ces oeuvres déjouent avec bonheur certaines attentes. » David Bélanger et Cassie Bérard se penchent sur trois romans construits autour d'un meurtre et des impacts de cet événement dans une petite communauté. Francis Langevin s'intéresse lui aussi au motif de la mort, mais aussi à celui de la filiation et à la relation entre héritage et territoire. Élise Lepage se penche plutôt sur un recueil de poésie dépeignant un lieu-dit dépeuplé, alors qu'Isabelle Kirouac Massicotte analyse l'écriture de la périphérie à travers La Déesse des mouches à feu de Geneviève Pettersen et Nutshimit de Naomi Fontaine.

  • Ce numéro de la revue Voix et images s'intéresse à l'espace démocratique dans la littérature québécoise contemporaine. « Plutôt que de considérer la littérature comme un reflet fidèle des débats politiques qui agitent l'espace public [...] [les collaborateurs et collaboratrices tentent] de saisir la manière dont elle forme un espace démocratique alternatif qui, sans être autonome, oppose une forme de concurrence aux discours hégémoniques et prend en charge des débats non résolus dans l'espace public ou qui n'ont pu surgir que dans ses marges. » (Julien Lefort-Favreau, Stéphane Inkel) Parmi les oeuvres soumises à l'analyse notons, entre autres, Madame Victoria de Catherine Leroux, Un livre sur Mélanie Cabay de François Blais, Volkswagen Blues de Jacques Poulin L'évasion d'Arthur ou la commune d'Hochelaga de Simon Leduc, certains titres de Maude Veilleux, Lise Tremblay et Erika Soucy, Oscar De Profundis de Catherine Mavrikakis, Le poids de la neige de Christian Guay-Poliquin et les romans de Kevin Lambert.

empty