• Texte intégral révisé suivi d'une biographie d'Épictète. Traduit du latin, annoté et présenté par Mario Meunier. Comme Socrate, Épictète n'écrivit rien. Ce fut son disciple Flavius Arrien qui, ayant suivi sous Trajan les leçons d'Épictète à Nicopolis, rédigea les notes qu'il avait prises en écoutant son maître. De là sortirent les "Entretiens" d'Épictète en huit livres, dont il ne nous reste plus que quatre. De tous ces entretiens, Arrien lui-même en tira ce qui lui parut essentiel, pour le condenser en un petit livre qu'on pût toujours et avoir sous la main et porter avec soi: le "Manuel d'Épictète". Simplicius, qui enseignait à Athènes lorsque les écoles de philosophie païenne furent fermées, en 529, par Justinien, composa un commentaire très développé de ce Manuel. Ce petit livre, dit-il, "est une arme de combat qu'il faut toujours avoir à sa portée, et dont il faut que ceux qui veulent bien vivre soient toujours prêts à se servir". Admiré par les païens, ce Manuel le fut non moins par les chrétiens. Saint Nil, disciple de saint Jean Chrysostome, puis anachorète, l'adapta, avec d'insignifiantes modifications, à l'usage de la vie des ermites du mont Sinaï, et la règle de saint Benoît elle-même en fit passer plus d'un précepte dans le monachisme occidental. Traduit plusieurs fois en français dès le XVIe siècle, le "Manuel d'Épictète" eut la singulière fortune de faire l'impression la plus vive sur le génie de Blaise Pascal. C'est, en effet, un des livres les plus réconfortants que la pensée grecque nous ait laissés.

  • Manuel

    Epictète

    Petit guide de philosophie pratique, le Manuel est destiné à quiconque souhaite progresser sur la voie de la sagesse. Selon Épictète, nous devons distinguer ce qui est en notre pouvoir de ce qui ne l'est pas. Ainsi, nous ne maîtrisons pas le cours des événements, mais nous sommes entièrement responsables de la façon dont nous y réagissons. Tempérer nos désirs, vivre en accord avec la Nature, comprendre le monde et le rôle que nous y jouons : tels sont les préceptes que nous exhorte à suivre Épictète, afin de connaître bonheur et vertu.

  • Je dois mourir. Si c'est tout de suite, je vais à la mort ; si c'est dans un moment, pour l'instant, je déjeune, puisque l'heure est venue de le faire, ensuite je mourrai. (I,i)

  • Par de courts dialogues, Épictète aborde dans ces pages des problèmes très divers auxquels il donne une réponse pratique. Il traite aussi bien de l'amitié, de l'adultère, de l'essence du bien ou de l'ataraxie que de l'inquiétude, du talent oratoire, du point de départ de la philosophie ou de la façon d'appliquer nos idées a priori. S'attaquant aux épicuriens, le philosophe tend à prouver ici que le stoïcisme est bien la philosophie de l'universel. Cette nouvelle traduction offre au lecteur la possibilité de s'en faire une idée plus précise en venant compléter Ce que promet la Philosophie et le fameux Manuel, ouvrages parus dans cette même collection.

  • Les Éditions Rhéartis, présentent dans sa gamme patrimoine, les oeuvres : « Pensées/Entretiens/Manuel d'Épictète », dans leur version complète. Ces textes, nous permettent de découvrir, ou tout simplement redécouvrir, la pensée et la logique stoïcienne et fataliste.
    Épictète, est un philosophe du 1er siècle apr. J.-C., dont nous savons que peu de choses. Son héritage et son travail nous sont parvenus grâce à son disciple Arrien. Ils nous permettent de découvrir une réflexion structurée et puissante, mettant en avant la pensée et la logique stoïcienne et fataliste, tout en apportant de nombreuses références aux textes plus anciens, tels que « l'Iliade et Odyssée » de Homère.
    Cet éclairage est pourtant un puissant écho dans notre recherche du bonheur, et ce livre trouvera toute sa place dans votre bibliothèque tant il est aisé à comprendre et appréhender. Les trois oeuvres que nous vous présentons vous donneront un relief différent sur des situations que vous pourriez vivre !

  • Nouvelle publication 2020 des éditions Arvensa : les OEuvres complètes d'Épictète, contenant notamment l'intégralité des Entretiens, ouvrage fondamental qui expose le plus rigoureusement les dogmes et les formules de l'école philosophique du stoïcisme ainsi que la doctrine propre au philosophe.
    Une édition numérique originale en langue française contenant 10 titres parmi lesquels des présentations et des analyses.

    Édition numérique et mise en français moderne sous la direction de : Marc Wirfeld
    Les traductions et les annotations des différents ouvrages sont essentiellement de Victor Courdaveaux, de Jean-François Thurot, d'André Dacier, de Jean-Marie Guyau et de Marc Wirfeld.

    CONTENU DÉTAILLÉ :
    o ENTRETIENS
    o MANUEL
    o ÉCLAIRCISSEMENTS
    o ÉTUDES ET PRÉSENTATIONS DIVERSES : Vie d'Épictète o Notice sur Épictète et Flavius Arrien o Les Grands traits de la Doctrine stoïcienne o Aperçu des Doctrines du siècle d'Épictète o Étude sur la Philosophie d'Épictète o Argument analytique du Manuel o Pensées diverses d'Épictète

    A PROPOS DE L'ÉDITEUR : Les éditions Arvensa, leaders de la littérature classique numérique, vous font connaître les oeuvres des grands auteurs de la littérature classique, en vous offrant la meilleure expérience de lecture. Les titres bénéficient d'un système soigné et d'une navigation optimale.

    Retrouvez les actualités des éditions Arvensa sur leur site.

  • Le manuel d'Épictète

    Epictète

    • Glyphe
    • 28 Avril 2021

    «?Des choses, les unes dépendent de nous, les autres ne dépendent pas de nous. [...] Si tu ne regardes comme étant à toi que ce qui est à toi, et si tu regardes comme étant à autrui ce qui, en effet, est à autrui, personne ne te contraindra jamais, personne ne t'empêchera, tu ne t'en prendras à personne, tu n'accuseras personne, tu ne feras absolument rien contre ton gré, personne ne te nuira.?»  -  «?Épictète, dont le disciple Arrien a recueilli les Entretiens et les principales pensées sous le titre de Manuel, fut longtemps l'esclave d'un affranchi de Néron. Dans sa captivité, il trouvait cependant le loisir d'aller écouter un philosophe de grande réputation, Musonius Rufus, qui l'initia aux principes de la doctrine stoïcienne. Ayant obtenu sa liberté, Épictète se consacra tout entier à la philosophie. Il mourut vers 117, entouré d'une vénération qui touchait à l'adoration.?» (L. Montargis) -  Image de couverture : Vanité des vanités, Matthias Withoos (1627-1703).
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Épictète, dont le disciple Arrien a recueilli les Entretiens et les principales pensées sous le titre de Manuel, fut longtemps l'esclave d'un affranchi de Néron. Dans sa captivité, il trouvait cependant le loisir d'aller écouter un philosophe de grande réputation, Musonius Rufus, qui l'initia aux principes de la doctrine stoïcienne. Ayant obtenu sa liberté, Épictète se consacra tout entier à la philosophie. Il mourut vers 117, entouré d'une vénération qui touchait à l'adoration.?» (L. Montargis)

  • Une première édition de cette traduction aurait paru avant 1498. Ce serait sans doute Florence et la célèbre bibliothèque des Médicis qui aurait fourni à Politien le texte manuscrit sur lequel il fit sa version. Politien fut le protégé des Médicis, de Laurent tout particulièrement qui le traita magnifiquement en lui accordant, non seulement dans son palais à Florence, mais encore dans une délicieuse retraite à Fiesole, une vie de bien-être et des loisirs qui permirent à ce poète bibliophile, enthousiaste des auteurs grecs, de découvrir les trésors de l'antiquité.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Texte intégral révisé suivi des biographies de Marc-Aurèle et d'Épictète. Édition enrichie des deux chefs-d'oeuvre de la philosophie stoïcienne: les "Pensées" de Marc-Aurèle et le "Manuel" d'Epictète. Marc Aurèle, à Carnuntum, écrit ses "Pensées pour moi-même" en douze livres, sans doute pour oublier le tumulte de la journée précédente, passée à se battre. Stoïcisme ? Certes, bien que son oeuvre ne soit pas totalement un traité de philosophie stoïcienne - elle ne comprend ni le dogme impitoyable d'Épictète ni le ton professoral et théorique de Sénèque -, elle a quelque chose de tout à fait propre à Marc-Aurèle, c'est-à-dire la manière humaine, intime et émouvante dont il transforme la doctrine en un constant examen de conscience. Le constat de vanité et de caducité des choses le pousse à chercher une raison profonde à l'univers. Toute réalité est l'élément d'un organisme divin, unique, ordonné et harmonieux. L'homme, composé de trois principes: corps, âme, esprit, occupe une position centrale dans le cosmos. L'esprit, élément divin en chaque individu, guide son action. La prise de conscience de sa participation au divin doit ramener l'homme à sa vie intérieure, pour qu'il retrouve la paix. Du célèbre "Manuel" d'Epictète, recueilli par l'historien Flavius Arrien dans ses "Epicteti dissertationes", il ne nous reste que les quatre premiers livres. Considérant la notion de liberté, Épictète nous dit ici qu'elle est en soi le bien suprême. Toutefois, la liberté dont il est question n'est pas celle que nous accordent les circonstances extérieures, mais bien cette liberté qui naît au plus profond de notre personnalité. Elle se conquiert par degrés, par la volonté avec l'aide de la raison et de la sagesse. Pour le stoïcien, le bien est en effet une donnée de la conscience, et le sage, qui sait distinguer entre les deux formes de liberté, donnée ou conquise, est intégralement libre. Rien ni personne ne peut le priver de sa liberté.

empty