• Au mois de juin 1964, la situation est catastrophique au Congo, la rébellion a gagné les trois cinquièmes du territoire national. Plus rien ne semble pouvoir l'arrêter. C'est alors que les plus hautes autorités congolaises demandent à Moïse Tshombe, qui vit en Europe depuis un an, de rentrer au pays "pour tenter quelque chose". Seul, il a gardé suffisamment d'influence sur les masses pour pouvoir arrêter ce raz de marée. Nommé premier ministre, Moïse Tshombe s'efforce de rétablir l'ordre dans tout le pays, de relancer l'économie durement touchée par les troubles, de rétablir le prestige du Congo à l'étranger et aussi d'organiser le nouveau régime prévu par la loi fondamentale de Luluabourg. Après plusieurs mois d'efforts, l'essentiel est sauvé. Mais la peur de la rébellion disparue, les divisions reviennent. Les politiciens, qui avaient à l'heure du péril oublié leurs vaines querelles, relèvent la tête et les intrigues reprennent contre l'homme au pouvoir. Elles aboutiront à la destitution du premier ministre, proclamée illégalement le 14 octobre 1965 par le président Kasa-Vubu.

empty