Littérature générale

  • Grand jour pour lady Bird : la splendide demeure qu'elle habite avec son époux Julian s'apprête à résonner à nouveau du tumulte d'une famille au grand complet. John, l'amour de sa vie, l'aîné de ses trois enfants, est de retour de ce qu'on s'empressera d'appeler son "voyage à l'étranger" : un séjour en maison de repos. Pour affronter cet événement, dans une existence largement dévouée à l'entretien du jardin et à la constitution d'une garderobe à faire pâlir les plus coquettes de la capitale, lady Bird peut compter sur Eliza, une vieille amie de la famille. Mais peu à peu le vernis de la paisible haute société anglo-irlandaise se craquelle...

  • Le domaine de Sorristown, en Irlande, pourrait être un paradis sur terre : les hommes y sont beaux, les femmes charmantes et vertueuses. Le temps s'écoule en douceur entre les parties de chasse, les conversations piquantes et les cocktails autour de la cheminée. Depuis onze générations, les Sorrier habitent Sorristown. Autrefois, les mâles de la lignée étaient militaires ; aujourd'hui, ils sont oisifs et heureux. Roguey et Jer Sorrier ont une soeur : Maeve. Une fille douce, noble, épatante. Deux frères et une soeur qui sont un exemple d'entente familiale et s'aiment comme on ne peut que s'aimer quand on est irlandais, propriétaire terrien et amateur de thé.
    Un événement se prépare : Maeve doit épouser le Major Rowland Arthur Fountain, l'homme le plus populaire du comté de Westcommon. Quelle fête !

  • L'histoire des St. Charles est celle d'une famille anglo-irlandaise, noble mais ruinée, vivant dans un mélange d'élégance et de décrépitude, et qui refuse de prendre en compte les réalités contemporaines. La narratrice, Aroon, est la fille de la maison. Mal aimée par sa mère, éperdue d'admiration pour son père, elle passera toute sa vie à Temple Alice, et finira par devenir une vieille fille dure, oscillant entre la nostalgie et la violence intérieure. Derrière le monde de rêve et de bonnes manières que décrit Aroon, le lecteur devine la vérité des passions tragi-comiques qui détruisent les St. Charles.
    Par-delà sa peinture acérée des moeurs d'une classe
    sociale et des vices d'un système néo-féodal, Molly Keane bâtit un roman familial parcouru de névroses et de tabous universels.

  • Angel, femme séduisante, égocentrique et généreuse, attend impatiemment le retour de son fils. Elle règne sur la vie de ses enfants. Aucun ne résiste à ses sourires manipulateurs. Elle a un plan pour chacun d'eux. La superbe Slaney réussira le mariage parfait grâce à ses intrigues. Julian, le jeune héros qui revient de la guerre (qu'Angel considère encore comme son bébé) dirigera le domaine familial, et Tiddley, sa nièce, orpheline, qui n'a pas la sophistication de ses cousins, sera sans aucun doute ravie de devenir l'esclave consentante d'Angel.
    Mais les plans d'une mère ne se déroulent pas toujours comme prévu : Julian débarque accompagné d'une fiancée américaine, divorcée et résolue de surcroît à protéger son amour ; Slaney s'éprend d'un jeune colonel sans le consentement maternel ; et Tiddley montre des signes de rébellion.
    Angel va aiguiser son esprit et se battre pour conserver son pouvoir tyrannique, sans se douter qu'elle peut, elle aussi, succomber aux pièges de l'amour et du désir.
    Molly Keane révèle une fois encore son extrême sensibilité et son éblouissante dextérité pour animer des personnages et les installer dans des situations éminemment romanesques.

  • Finis le champagne, les journées aux courses, les escapades à Monte-Carlo... Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les propriétaires de Ballyroden doivent changer drastiquement leur mode de vie. Le benjamin de la famille, sir Philip, décide de faire du château une maison d'hôtes. Il reçoit trois Londoniens fortunés, un frère, sa soeur et la ravissante fille de celle-ci, persuadés de jouir du calme luxueux de la campagne irlandaise. En découvrant des souris dans sa chambre décrépite, Dorothy comprend qu'elle a fait fausse route, mais sa fille et son frère insistent pour rester à Ballyroden : la première a succombé aux charmes de sir Philip, et le second ajoute foi aux délires de tante Anna Rose. Persuadée d'arpenter le monde en avion privé, cette vieille dame au passé mystérieux soutient que se trouve, dissimulée dans la maison, une coquette quantité de rubis...

    Dans ce roman à mi-chemin entre la comédie de moeurs, le vaudeville et le théâtre policier à l'anglaise, Molly Keane, en grande satiriste, dresse une galerie de portraits tous plus échevelés les uns que les autres.

  • Jasper Swift et ses trois soeurs, nobliaux désargentés et vieillissants, mènent une morne existence dans le domaine de Durraghglass, vaste propriété irlandaise qui tombe en ruines. Élevés en vase clos, les Swift ont été couvés par leur défunte mère, au point de n'avoir jamais quitté Durraghglass. Unis par leur malveillance et les petites mesquineries qu'ils s'infligent au quotidien, tous quatre sont affublés d'une infirmité propre : Jasper est borgne, April sourde, May n'a plus qu'un bras valide et June est quasiment analphabète.
    Quand leur cousine Leda, que l'on croyait morte, refait surface, aveugle mais toujours pimpante, le quotidien des Swift change de tempo, d'autant que leurs désirs enfouis depuis tant d'années semblaient n'attendre que cette étincelle pour se raviver. La perfide Leda n'a qu'une idée en tête : exhumer un à un les secrets de Durraghglass et prendre sa revanche sur un sombre passé.
    Molly Keane nous conte le destin de ces êtres meurtris par leurs passions, dans une comédie sociale grinçante, hantée par une cruauté qui n'enlève rien à l'excentricité ni au grotesque.

empty