• La narratrice de ce roman a décidé, un jour, de couper les ponts avec le monde qui l'entoure, de renoncer à sa carrière d'écrivain, de quitter Paris pour se réfugier dans sa maison, perdue dans la campagne, au milieu du pays d'Auge.
    Cela fait maintenant cinq ans qu'elle vit là, recluse, parfaitement solitaire, en dehors de son chien, Paul, qui l'accompagne partout. Depuis, elle n'a plus écrit une ligne.
    À l'origine de ce changement de vie, il y a un traumatisme, si violent qu'elle en a perdu la mémoire. Des bribes de souvenirs vont pourtant refaire surface. Cette femme rendue à elle-même découvre alors qu'elle a été la victime d'un harceleur qui ne lui a laissé aucun répit, au point qu'elle a failli en perdre la vie.
    Aujourd'hui, ce personnage monstrueux l'a retrouvée. Cette fois, elle n'a plus le choix : ce sera lui ou elle.

    Nathalie Rheims vit toujours à Paris. Danger en rive est son vingt-deuxième roman.

  • Roman

    Nathalie Rheims

    Sur le bureau de Nathalie Rheims, un encrier en bronze à l'effigie de Méphistophélès. L'auteure croit pouvoir s'adresser à lui, mais on ne convoque pas le Diable aussi facilement. Pour qu'un dialogue soit possible, même imaginaire, il faut trouver un tiers, un nouveau Faust.
    Ce sera Roman, un homme qu'elle ne connaît pas, mais dont l'existence et l'oeuvre la fascinent depuis toujours. Décidée à suivre celui dont le destin s'est accompli d'abord dans ses films, avant de le rattraper dans la vie, Nathalie Rheims explore les mystères de ce que notre monde ressent comme la fin des temps.

    Roman est le vingt et unième livre de Nathalie Rheims.

  • « J'avais fini par imaginer que les reins, parce qu'ils fonctionnent sans qu'on puisse rien en savoir, sont le véritable siège de l'inconscient. J'avais opté pour les maintenir dans cette sphère de mon ignorance. Inutile de fouiller dans ces zones d'ombre, je savais très précisément où cela me conduirait. Qui étais-je pour me croire l'égale de celui qui, seul, peut sonder les reins et les coeurs ? »

    Pour écrire ce texte, Nathalie Rheims n'a pas été guidée par son imagination. Confrontée à une réalité implacable, elle raconte une année de lutte contre un mal singulier, qui, de génération en génération, frappe toutes les femmes de sa famille.
    Arrivée aux limites de ce que le corps et la conscience sont capables d'endurer, elle doit faire un choix, auquel elle n'aurait jamais cru devoir faire face, un choix sublimé par le don, mais rongé par le sentiment de culpabilité.

    Nathalie Rheims est écrivain. Elle vit à Paris. Les Reins et les Coeurs est son 20e livre.

  • Léa se réveille en sursaut. Dans l'immeuble d'en face, elle entrevoit un grand tableau, à peine éclairé. La toile représente deux jeunes filles, l'une endormie sur un canapé, l'autre penchée au-dessus d'elle, une rose jaune à la main. Léa reconnaît la scène du cauchemar qui l'a réveillée et se souvient de cette phrase énigmatique prononcée par son père disparu:
    Tout est dans Le Rêve de Balthus.

    C'est le commencement d'un parcours initiatique, de Paris à Venise, celui d'une confrérie qui tend à percer les secrets de l'immortalité.

    Le Rêve de Balthus est un chef-d'oeuvre bien réel de la peinture du XX siècle, Il devient ici le « personnage principal » d'un roman qui nous fera remonter le temps jusqu'à la Renaissance italienne, à la poursuite, dans les oeuvres d'art, de la vérité et de la beauté.

  • « Le pacte que j'avais signé m'avait donc donné le pouvoir de me débarrasser de ce qui m'encombrait le plus. Encore fallait-il avoir une conscience précise de ce qui m'avait, jusque-là, gâché la vie.
    Que de fardeaux transportés à longueur d'années sans le savoir, parfois même en finissant par aimer ses bourreaux et les causes de ses malheurs !
    Il fallait bien y réfléchir, car le temps pourrait venir à me manquer, et choisir, sans me tromper, ce que je pourrais corriger, sélectionner ce que j'avais le plus envie de jeter par-dessus bord. »

    Dans ce dix-neuvième livre, Ma vie sans moi, roman, Nathalie Rheims s'abandonne plus que jamais, et poursuit la démarche entreprise dans Laisser les cendres s'envoler (2014) et Place Colette (2016), ses deux derniers romans publiés aux Éditions Léo Scheer.

  • « J'ai perdu ma mère. Elle a disparu il y a plus de dix ans. Ma mère est morte, je le sais. Mais, lorsque j'y pense, je ne ressens aucun chagrin, pas la moindre émotion. »
    Dans son quatorzième roman, Nathalie Rheims laisse apparaître, pour la première fois, la figure de la mère. Une femme se souvient, des années plus tard, du jour où, quand elle était adolescente, sa mère l'a abandonnée. Sa croyance en un amour maternel absolu, irrévocable, était-elle une illusion ?
    Avec une lucidité intransigeante, Laisser les cendres s'envoler livre les secrets d'une relation brisée, les non-dits d'une famille singulière, les troubles enfouis qui, pour être démêlés, requièrent souvent une vie entière. Mêlant émotion et férocité, ironie et tendresse, Nathalie Rheims dévoile ses vérités les plus intimes, et invite le lecteur à venir à sa rencontre. »

  • En 1999, le jour où Nathalie Rheims rencontre Claude Berri pour l'interviewer sur Charles Denner, sujet de son premier livre, L'Un pour l'autre, le grand cinéaste et producteur vient d'apprendre que son fils Julien a eu un accident grave. Ils ne se quitteront plus jusqu'à la mort de Claude, le 12 janvier 2009. Dix années de vie intense, passionnée, auprès d'un homme qui, entre une réussite fulgurante, quasi magique, et les chagrins de la fin, connut un destin hors du commun.
    Nathalie Rheims n'avait qu'un recours possible face au choc de ce deuil brutal : l'écriture. Elle revient sur leur histoire, et, plongeant dans ses souvenirs, touche au plus intime, au plus vrai d'un être dont elle restitue les multiples facettes. Du gamin du faubourg Poissonnière au jeune acteur devenu scénariste, réalisateur, producteur et distributeur pour demeurer libre, du maître du cinéma français au collectionneur d'art contemporain, elle donne à voir, dans sa réalité la plus immédiate, un homme exceptionnel, qui fut jusqu'au bout entraîné par cette force irrépressible, ce désir souverain qu'il lui a transmis et qu'à son tour elle transmet jusqu'à nous.

    "Claude" est le onzième livre de Nathalie Rheims. Il paraîtra au moment où Trésor, l'ultime film de Claude Berri, sortira en salles.

    La presse en parle : Le Point - 29 octobre 2009, Livres Hebdo - 23 octobre 2009, Paris Match - 5 octobre 2009, Elle - 6 novembre 2009, Madame Figaro - 7 novembre 2009, Le Journal du Dimanche - 8 novembre 2009

    Éditions Léo Scheer, 2009

  • Un jour, il est parti. Lui qui l'avait vue naître et accompagnée depuis toujours, il s'est retiré dans la solitude."

    Dix ans plus tard, elle retrouve sa trace et le rejoint pour comprendre ce qui s'est passé. Dans une maison aux apparences trompeuses commence un huis clos où les cauchemars se confondent avec le réel. Les souvenirs ressurgissent à travers les contes de fées qu'une main invisible dépose chaque soir à son chevet. De l'éveil de La Belle au bois dormant au crépuscule de La Petite Marchande d'allumettes, elle franchit les étapes d'une étrange initiation qui la mène à un secret bouleversant. Aura-t-elle la force d'aller au bout de la vérité, de sa vérité ?
    Sur le chemin des sortilèges, le destin attendait son heure.
    "Le Chemin des sortilèges" est le dixième livre de Nathalie Rheims.

    La presse en parle : Livres Hebdo - 6 juin 2008, Le Nouvel Observateur - 21 août 2008, Madame Figaro - 23 août 2008, Le Point - 4 septembre 2008, Le Monde des livres - 12 septembre 2008, Elle - 29 septembre 2008

  • « Lorsque je n'écris pas, il ne m'arrive rien. Lorsque j'écris, tu surgis, mais comment t'emporter, te saisir, te garder, toi qui t'en vas toujours ? Chaque jour, recommencer, et tout deviendra possible. Tu prends corps par ces mots. Je t'absorbe dans mes feuilles. Je te parle un langage qui m'est réservé et qui ne peut inscrire ton nom, moi seule le connais. »

    Nathalie Rheims est notamment l'auteur de "Lettre d'une amoureuse morte" et de "L'Ombre des Autres". "Journal intime, roman" est son neuvième livre.


    La presse en parle :
    Cosmopolitan - Octobre 2007, Le Figaro Magazine - 8 Septembre 2007, Femme actuelle - Septembre 2007, Le Point - 20 Septembre 2007, Marie-Claire - Octobre 2007

    Éditions Léo Scheer, 2007

  • Avec Le Cercle de Megiddo, Nathalie Rheims nous entraîne aux sources de nos croyances. L'intrigue du roman nous plonge dans les mystères de l'astrologie et les secrets de la kabbale.
    Maya est une jeune archéologue. Elle quitte Londres, un lundi matin, pour rejoindre le professeur Friedmann qui vient de faire une importante découverte sur le site de Megiddo, au Nord d'Israël.
    La mise au jour d'un sanctuaire chaldéen remet en cause les origines de la Bible. Des messages apparaissent sur les téléphones portables, dont certains menaçants. « Il vous reste douze jours. »
    Une malédiction semble s'être mise en marche, chaque jour une nouvelle victime succombe, dans un compte à rebours inexorable...
    Nathalie Rheims est écrivain. Le Cercle de Megiddo est son septième livre.
    Éditions Léo Scheer, 2005

  • À l'âge de 9 ans, la narratrice de Place Colette est victime d'une erreur de diagnostic qui la cloue sur un lit d'hôpital, le corps prisonnier d'une coquille de plâtre. Au terme de trois années de calvaire, un professeur finit par découvrir la véritable maladie ; il l'opère et la sauve.
    La jeune fille a passé ce temps immobile à découvrir la littérature et les textes classiques. Elle voue une passion sans limite au théâtre. Revenue à la vie, elle tourne autour de la Comédie-Française et de la place Colette. Le jour de ses 13 ans, elle entre dans la loge d'un comédien dont elle est tombée amoureuse. Bien qu'il ait trente ans de plus qu'elle, elle lui propose de devenir son cadeau d'anniversaire.

    Ce roman, qui aurait pu s'intituler Détournement de majeur, est l'histoire d'une double initiation, à l'amour charnel et à la passion du théâtre. Écrit à la première personne, il est pourtant aux antipodes de ce que l'on qualifie d'autofiction : le mensonge enveloppé dans une rhétorique de vérité. C'est un « roman-vrai », où l'auteur se cherche et finit par faire tomber le masque.

    Nathalie Rheims est écrivain. Place Colette est son dix-septième livre.

  • Stupeur et chuchotements sous la Coupole.
    Une malédiction pèse sur le fauteuil 32 de l'Académie française. Cet énigmatique mauvais sort, vérifié par de nombreux historiens depuis l'origine, fut le sujet, en 1910, d'un roman fameux : Le Fauteuil hanté. Son auteur, le célèbre feuilletoniste Gaston Leroux, avait résolu l'énigme et en avait dissimulé les clefs dans son manuscrit.
    Le destin voulut que ce soit Maurice Rheims, titulaire du fauteuil 32 de 1976 à 2003, qui devienne l'expert de la succession Leroux. Il reçut, pour rémunération de son travail, le mystérieux manuscrit.
    Au moment de mourir, il le transmit à sa fille pour l'aider à exécuter sa dernière volonté : que jamais personne ne s'assoie sur son fauteuil. Si elle parvenait à accomplir cette mission, malgré le déchaînement des ambitions et les sombres tractations des candidats, son père pourrait goûter à la vraie immortalité, celle des fantômes.

    Dans son treizième roman, Nathalie Rheims tourne une page. C'est avec une légèreté, un humour, une ironie mêlés de tendresse qu'elle fait revivre tous ceux qui entouraient son père afin qu'il n'attende plus que son éloge soit prononcé.

    La presse en parle : Le Nouvel Observateur - 26 mai 2011, Livre Hebdo - 20 mai 2011, L'Express - 8 juin 2011, Le Point - 9 juin 2011, Le Figaro Littéraire - 9 juin 2011, Libération - 16 juin 2011, Le Monde des livres - 10 juin 2011

    Éditions Léo Scheer, 2011

  • « Tout a commencé pour elle à Jérusalem, sur le Mont des Oliviers, par une révélation mystique en forme de coup de foudre amoureux. Le désir de retrouver celui qui lui est apparu deviendra obsédant. Sa quête lui fera découvrir le monde des Cathares, qu'on pensait éradiqués par l'Inquisition. Ceux qu'elle rencontre défendent-ils ces croyances, cette foi dans la création du monde par Satan ? Celui qu'elle cherche est-il l'un d'eux ?

    Toutes les pistes convergent vers une abbaye où travaille un savant, spécialiste du cerveau, sur le point de faire une découverte qui peut changer le cours de l'histoire. Le bien et le mal semblent avoir choisi ce lieu pour s'affronter. L'amour devra peut-être s'effacer devant cet ultime combat. À moins qu'il n'en détienne la clef.

    Nathalie Rheims est écrivain et producteur de cinéma. Son oeuvre littéraire entraîne le lecteur dans un univers très personnel, à la fois romantique, fantastique et mystique, que l'on retrouve aussi bien dans ses romans d'autofiction que dans ses thrillers métaphysiques.

    Car ceci est mon sang réalise une synthèse entre ces formes. Il s'agit de son douzième livre. »

    La presse en parle : Livre Hebdo - 29 octobre 2010, Paris Match - 25 novembre 2010, Le Point - 2 décembre 2010, Elle - 3 décembre 2010, Le Monde des livres - 17 décembre 2010, Le Midi Libre - 10 décembre 2010, Gala - 3 novembre 2010

    Éditions Léo Scheer, 2010

  • « Paris, 1886. Le destin de Tess, étudiante à la Salpêtrière auprès du célèbre professeur Charcot, semble tout tracé. Elle se consacrera à sa future carrière médicale.

    L'arrivée d'une lettre de son oncle Émile va soudainement l'arracher à son univers familier. Il lui demande de venir d'urgence en Angleterre, pour aider sa tante, Blanche, atteinte de troubles mystérieux et inexplicables. Émile l'a vue grandir. Depuis toujours, elle l'aime en secret.
    Les connaissances de Tess se révèlent très vite insuffisantes. Des phénomènes insolites se multiplient. Autour du manoir, dans l'ombre, des adeptes du spiritisme et de la magie, des sociétés secrètes tissent une toile où Tess pourrait bien se retrouver prise au piège.
    Entre Émile et Tess commence alors une étrange histoire d'amour. La jeune femme est envoûtée au point de tout remettre en cause, de tout quitter pour aller jusqu'au bout de sa fascination.
    L'Ombre des Autres, livre initiatique où s'affrontent les passions humaines et les puissances de l'au-delà.

    Depuis son premier roman, "L'Un pour l'Autre", et jusqu'au "Cercle de Megiddo", Nathalie Rheims écrit sur les relations secrètes entre le visible et l'invisible. "L'Ombre des Autres" est son huitième livre.»

    La presse en parle : Le Figaro - 29 novembre 2006, Psychologies Magazine - automne 2006

    Éditions Léo Scheer, 2006

  • Alice est une jolie jeune femme. Actrice, elle rêve de jouer Claudel, mais on ne lui propose que des rôles de potiche dans des pièces de boulevard. Sa vie amoureuse n'est guère plus brillante, faite d'aventures qui se terminent toujours mal. Elle raconte tout à Camille, sa confidente qui, de son côté, mène la vie calme et rangée d'une mère au foyer.
    Au moment où Alice décide enfin de renoncer à la passion, elle s'éprend d'un homme marié, le Dr Costes, qui aurait eu un coup de foudre pour elle. Camille suit cette nouvelle histoire d'amour à la manière d'un feuilleton dont elle serait l'unique spectatrice, même si d'étranges contradictions apparaissent dans les confidences de son amie.
    Pour protéger Alice, Camille tente d'en savoir plus sur cet homme insaisissable. Cette démarche la fait progressivement basculer : elle se met à douter de tout, au risque de se perdre.
    Dans ce quinzième roman, Nathalie Rheims explore, utilisant l'art du suspens, l'infime frontière qui sépare l'amour fou de la folie.

empty